Le ministre Amadou Moustapha Ndieck Sarré, sur le démarrage du baccalauréat technique 2024 : «Une organisation impeccable et des espoirs renouvelés…»

0
354

Les épreuves du Baccalauréat Technique ont débuté hier, jeudi 20 juin 2024, au lycée Sergent Malamine Kamara, marquant une étape cruciale pour les 3411 candidats dans tout le Sénégal répartis dans 17 Jurys cette année. Le ministre de la Formation professionnelle, Amadou Moustapha Ndieck Sarré, le Porte-parole du Gouvernement, et plusieurs autorités administratives et académiques  ont effectué le déplacement pour constater le déroulement des épreuves.

«Nous sommes venus aujourd’hui pour vérifier l’état d’organisation de ce Baccalauréat Technique qui débute. Et nous avons trouvé une organisation parfaite», a déclaré Amadou Moustapha Ndieck Sarré, ministre de la Formation professionnelle. Il a rappelé que le Sénégal a une longue tradition d’organisation de ce type d’examens, essentiels dans la progression du système éducatif national.

Cette année, le nombre de candidats au Baccalauréat Technique a augmenté, atteignant 3411 inscrits. Ces candidats sont répartis dans différentes filières  telles que les Sciences et Technologies Industrielles pour le Développement Durable, Sciences et Technologies de l’Economie et de la Gestion, ainsi que les séries F6, T1 et T2, a renseigné le ministre. La région de Dakar compte 1160 candidats et  parmi les 3411 candidats au niveau national, 1880 sont des filles. «Nous nous félicitons de cette participation féminine et visons à augmenter encore le nombre de candidats et le taux de réussite dans les années à venir», a ajouté le ministre.

Pour sa part le Directeur de l’Office du Bac est revenu sur  les innovations de cette année. «Les convocations envoyées depuis le mois de mai mentionnent les matières dominantes et non-dominantes pour le second tour des épreuves, permettant aux candidats de mieux se préparer», a soutenu Professeur Cheikh Ahmadou Bamba Gueye. Et de renchérir que, de plus, des superviseurs de Jury vérifieront les barèmes de correction et les grilles de notation pour assurer une uniformité de la correction à travers tout le pays

Malgré la légère augmentation du nombre de candidats, le pourcentage de bacheliers techniques reste faible, représentant seulement 2,20% des 159.487 candidats au Baccalauréat. «Il est crucial de promouvoir ces filières techniques pour le développement du Sénégal», a souligné le Directeur de l’Office du Bac,  encourageant les élèves et les conseillers d’orientation à se tourner vers ces séries et de plaider pour un maintien des filles dans la filière technique. «Nous remarquons que les filles qui réussissent brillamment en séries techniques disparaissent souvent au niveau universitaire. Nous devons travailler à maintenir ces talents féminins dans le système éducatif, pour tirer l’enseignement vers le haut», a déploré ce dernier

Le ministre de la formation professionnelle a tenu à exprimer ses remerciements à tout le personnel présent et à la délégation l’accompagnant, composée notamment du préfet de Dakar, du sous-préfet de l’arrondissement des Parcelles Assainies, du Commissaire central des Parcelles Assainies, de l’Inspecteur d’académie, et du Directeur de l’Office du Baccalauréat. Il a également salué la présence de Mme le Proviseur du lycée, de l’Inspecteur général de l’éducation et de la formation, et de l’Inspecteur académique de Dakar. Le ministre a exprimé sa gratitude, au nom du Président de la République, au personnel enseignant, l’administration et les élèves, affirmant l’engagement des autorités à poursuivre leurs efforts pour améliorer l’éducation au Sénégal.

Moussa THIAM

Leave a reply