Le mondial de tata

0
43

Regarder un match de foot à la télévision avec Tata relève du désastre. Face au petit écran, Tata est sur le gazon en compagnie des joueurs. Elle est dans le poste de télé. Elle est dans le poste radio. Tata arbitre. Tata commente à haute voix. Elle se surprend même à concurrencer Laye Diaw parce que se réclamant de la lignée de Alou, démiurge du reportage foot à radio Sénégal dans les années 60. Tout le boucan que fait Tata, déstabilise fortement Tons qui s’abstient de tout commentaire car la colère de Tata gronde comme tonnerre en hivernage. Tons s’en méfie.

Tata les yeux rivés sur le rectangle lumineux, dribble quand un joueur dribble, tacle quand un joueur tacle. Elle applaudit à se rompre les phalanges quand un joueur fait le petit pont à un autre joueur. Tata fait des crochets du pied droit et du pied gauche, amortit de la poitrine en même temps que le joueur, fait la passe, feinte et tire.  Catastrophe, la table basse en verre placée devant elle de voltiger. Tons ferma les yeux, se boucha les oreilles, serra les poings de colère. Mais d’un plongeon magistral Tata  capta la table avant son écrasement au sol. D’un    geste triomphal, elle cria : « Lev Yachin, ballon d’or ! Kuman na deff » (1)

Baba Diop

1 Lev  ivanovitch Yachin  du Dynamo de Moscou est le seul gardien de but à avoir eu un ballon d’or

 

Leave a reply