Le mondial de tata : Festin gainde

0
1505

Toute la soirée de l’après victoire des Lions, Tata mettait en boucle la chanson de Yandé Codou  Sene : « Gaidé yap ley doundé » (1). La soirée était électrique. Une soirée plus que festive. On y ripaillait. On y gandaillait. On y fesnozait. On y guinchait. On y bambochait. On y bringuait, festouilait, noçait, faisait la java, la nouba, la fiesta, la bamboula. Bref aucun synonyme du mot fête ne pouvait traduire l’allégresse qui s’emparait de Tata, de Tons et même de leur petite fille.

La fête avait ameuté tout le quartier. Qui apporta une chaise. Qui, un tabouret, Qui , une nappe , Qui  une cuisse de poulet, beignet, acara, victuaille. On dressa une longue table. La doyenne du quartier fatiguée par l’âge, épousseta les disques vinyle de Badara Mbaye Kaba, Diabou  Seck, Mbana Diop, Fat Thiam Samb et Coumba Fall Leonie de grandes voix  des années 50 aujourd’hui ensevelies sous les cendres de nos mémoires. Et comme le tourne disque est passé de mode, il ne restait que l’a capella. Voix mielleuses et voix de crapaud s’entrechoquèrent. Une cacophonie qui ne dérangea personne tellement l’esprit était à la fête.  Et voici que se présente un gueux qui réclamait sa part du festin. Comme tout le monde l’ignorait, il annonça à l’assistance : « Niari diane mo ne kone sa ma mbouss, ben bi laye weur » (2) Il sortit de son sac quelque chose qui ressemblait vaguement une couleuvre. Ce qui provoqua une panique sous la tente. Tata se retrouva à califourchon sur le dos de Tons. Le gueux partit d’un fou rire une grosse cuisse de poulet en mai.

Baba Diop

  • Le lion se nourrit de viande
  • J’avais deux serpents dans sac l’un s’est échappé et je le cherche

Leave a reply