Le mondial de Tata : la marocaine (par Baba Diop)

0
491

 

Aussi loin qu’on pourrait l’imaginer, Tata donnait de la voix sous les battements de mains de sa petite fille. Elle s’égosillait après la victoire des Lions de l’Atlas : « Ya deyni deynani. Ya deyni deynani. Haana Marocqui ». Tata, à tombeau ouvert, se retrouva rue Mouhamed V, tambourinant la porte du magasin Bengeloun et Frères. Il lui fallait vivre à l’heure du Maroc et fêter les Lions de l’Atlas car lion pour lion, ce lion des montagnes était après tout sénégalais. Ne nous rendons-nous pas à Fez ?

Tata embarqua canapés, coussins, tissus colorés jaune, bleu, pourpre et orange. D’un coup de pinceau, elle couvrit les murs du salon d’une nuance orangée accentuée d’un brun d’une limpide douceur. Une flagrance de coriandre, de thym, cur cuma, de cannelle de safran, de gingembre, une senteur d’épices envoutantes tapissait l’espace.

Tata s’était enduite de l’huile d’Argan. Elle portait une djellaba et des babouche dorées. Elle dansait au son de la talentueuse Jamila El Badaoui. Quand Tons apparut, Tata fit une génuflexion accompagnée d’un verre de thé à la menthe « Maraxba bi koum.

Eksil fi sunu Maroc la sampion du monde» (1)

1- Bienvenue ! Approche ici c’est notre Maroc

champion du monde

Leave a reply