Le mondial de tata : le tieb redpublicain

0
444

Jamais le drapeau national n’a été décliné si artistiquement pour pousser nos Lions à faire figure de conquérant. Chaussures Samara vert-jaune-rouge étoilées, pagne de même couleur, Ndokett  et mouchoir de tête assortis aux boucles d’oreille et bracelets. Son grimage était celui du lion. Tata avait poussé à fond le curseur de sa chaine à musique qui d’ordinaire ne distillait que des récitals et conférences religieux. Or ce mardi jour de tension au Qatar où le Sénégal joue son va-tout contre l’Equateur , la chaine à musique de Tata ne crachait que le : « Pincez tous vos koras. Frappez le balafon. Le Lion rouge à rugi. Le dompteur de la brousse. D’un bond s’est élancé. » C’était pour dissiper les ténèbres qu’elle se donnait courage avec l’hymne national.

Pour un gargantuesque déjeuner en cas de victoire, Tata retrouva ses talents de cordon bleu. Un thiebou djenn républicain, mais un thiebou wex(1) orné de Nabédaye (Moringa) en poudre à côté du safran et du piment rouge moulu. Ce n’était pas du Thieb mais un tableau d’art digne de l’école de Dakar chère à Senghor.

Voici que le match commence. Silence de mort, seuls les corps parlent. Coup de sifflet final. Tata Posa le boli (2) sur la tête de sa petite fille, croisa Tons prêt à en découdre avec le Thiéb, et Tata de se retourner pour dire « Thieb républicain , avenue de la république. Thieb familial , si famille bi»

Baba DIOP

  • grande assiette

Riz blan

Leave a reply