Le mouvement syndical en ébullition en ces moments de pré-campagne pour les locales du 23 janvier 2022

0
162

Depuis quelques temps les syndicalistes ont repris du poil de la bête. En cette période de précampagne, les sorties se multiplient. Pis, ils ne cessent de paralyser les différents secteurs de la société pour obtenir gain de cause au moment où les activistes qui avaient occupé ce terrain depuis plusieurs années se muent dans un mutismeSursaut d’éveil ou surenchère en période préélectorale, la question reste entière.

Après la marche de la Confédération des syndicats autonomes du Sénégal (Csa) pour protester contre la cherté de la vie, pour la dignité du travailleur à travers un travail descend et le respect des différents protocoles d’accords signés entre les travailleurs et l’Etat, d’autres secteurs de la vie sociale se sont aussi organisés pour se faire entendre. Ainsi, depuis deux mois, les syndicalistes ont repris service.

Si, le secteur de la santé à travers le syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames), a fustigé certaines démarches du ministère de la santé et de l’action sociale sur le mode de recrutement, sur la répartition des équipements dans les différents établissements de santé public, il n’exclut pas de se faire attendre d’un moment à l’autre.

Dans le même sillage, les syndicats du transport regroupés dans une seule entité ont paralysé le trafic pendant trois jours pour le respect de leurs revendications et ont pu mobiliser plus de cinq départements ministériels dans leur négociation.

Aujourd’hui, c’est autour du secteur de l’éducation nationale. Ainsi, après un débrayage mercredi, hier jeudi 9 décembre, les acteurs étaient en grève totale. Plusieurs manifestations qui renseignent sur le réveil ou la prise de conscience de leur mission.

Pour Hamidou Diedhiou du Syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels) «le syndicalisme n’a jamais été à terre».   

Et Dame Mbodji, secrétaire général du Cusems/Authentique de renseigner : « nous avons cherché à faire comme les syndicats du transport en unissant pour remettre à jour les différentes revendications des acteurs de l’éducation qui ont été validés par l’Etat et dont la réalisation pose toujours problème. Il s’agit du système d’énumération, le retour des prêts Dmc, le logement entre autres».

Sur la nouvelle stratégie adaptée par les syndicalistes pour se faire entendre,  Dame Mbodji avance: «l’union fait la force. Le syndicalisme est toujours là et très actif. Tout combat mérite de poser des stratégies et peut être que c’est là que beaucoup de gens ne se retrouvent et pensent que nous sommes en l’léthargie».

Si certains observateurs analysent les faits comme opportunités de se faire entendre à l’approche des élections locales, d’autres trouvent simplement que c’est un sursaut d’éveil. Pour Malick Ndiaye parents d’élèves : « à chaque approche des élections, les enseignants et les autres secteurs font dans la surenchère. Chacun essaie de poser ses revendications sur la table. Le système scolaire est perturbé, les élèves sont dans les maisons et la conséquence chaque année, nous assistons à une baisse des niveaux des élèves mais aussi des enseignants qui sont de plain-pied dans le militantisme syndical».

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.