Le premier ministre au chevet des marchands ambulants a Colobane : «L’Etat va prendre ses responsabilités, même si c’est une compétence des mairies»

0
283

Depuis quelques jours, de Dakar-Plateau à Rufisque, en passant par Keur Massar, Colobane etc., des opérations de désencombrement des marchés et voies publiques ont été enclenchées par plusieurs municipalités. Comme annoncé avant-hier samedi, le Premier ministre, Ousmane Sonko, s’est rendu à Colobane hier, dimanche 30 juin 2024, où il a adressé le message de compassion du président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye, aux marchands ambulants déguerpis. Tout en mettant dos à dos l’Etat, les mairies et les populations, tous responsables de l’occupation anarchique,  il a souligné que l’autorité étatique va prendre ses responsabilités, tout en proposant des mesures d’accompagnement pour assister ces jeunes et préserver des emplois.

«J’ai écouté les différentes parties. Le maire n’a pu faire le déplacement peut-être qu’il a eu un empêchement. Toutefois, j’ai écouté le préfet qui l’avait accompagné pour mener ces opérations de déguerpissement. Il faut préciser que l’Etat, la mairie et les populations sont tous responsables de l’occupation anarchique.» C’est le Premier ministre, Ousmane Sonko, qui tient ainsi tous responsables de l’occupation anarchique des établissements marchants et à différentes endroits de voies publiques.

En déplacement hier, dimanche 30 juin 2024, à Colobane, pour s’enquérir de la situation et délivrer le message du Chef de l’Etat, Bassirou Diomaye Diakhar Faye aux marchands ambulants et tabliers victimes de la vague de déguerpissements déclenchée ces derniers jours par plusieurs municipalités de Dakar et sa banlieue, Ousmane Sonko a plaidé pour plus de compassion. «J’ai demandé au préfet s’il y a des mesures d’accompagnement pour ces braves commerçants qui vivent de leur commerce. Malheureusement, rien ne leur a été proposé en guise d’alternative ; ce qui est à déplorer. Donc, je demande plus de compassion aux maires ; il faut y aller avec beaucoup de tact».

S’adressant aux ambulants, il dira : «cependant, si on leur propose aussi d’autres lieux, il faut qu’ils l’acceptent. En attendant, on ne peut accepter que des citoyens encombrent des voies dédiées à des véhicules. Pour les trottoirs, on peut tolérer pour le moment». M. Sonko indexe ainsi l’échec des politiques publiques qui est à l’origine de ce désordre. «Mais tout cela est une conséquence de l’échec des politiques publiques. Parce que si on avait réussi l’agriculture, l’élevage, la pêche, on n’en serait pas là. Où est l’argent des fermes Anida, Xëyu ndaw ni et d’autres programmes ?»

Tout en alertant, le Premier ministre lance des interrogations : «donc, si on prive plus de 150.000 jeunes de leur gagne-pain, qu’est-ce qu’on leur proposera à la place ? Prendre les pirogues ou aller agresser ? Ce n’est pas la solution. C’est pourquoi, l’Etat a décidé de prendre ses responsabilités, même si, il faut que cela soit clair, c’est une compétence des mairies», a-t-il reconnu.

«LA DER VA RECEVOIR LES DEGUERPIS POUR LEUR FINANCEMENT»

En attendant, en guise de réponse, rapporte Ousmane Sonko, le président Diomaye Faye milite pour des solutions de remplacement avant de déguerpir. «Nous allons procéder, avec les services compétents et les Collectivités territoriales, à des évaluations et voir, au cas par cas, les impenses et dédommagements pour des déguerpis. Il faut des solutions de remplacement avant de déguerpir. C’est le message du président de la République que je voudrais lancer. Et nous le disons pour d’autres, que ce soit aux Parcelles assainies et ailleurs. A vous… j’exhorte l’administration à mieux communiquer».

D’ailleurs, le Premier ministre et son gouvernement activent la Délégation à l’entreprenariat rapid (DER) pour répondre aux besoins en financements de ces jeunes qui sont, selon M. Sonko, sont de véritables entrepreneurs qui méritent d’être accompagnés. «Je suis venu avec Mme Aïda Mbodj, DG de la DER, parce que s’il y a des entrepreneurs qui méritent des financements, ce sont ces jeunes-là. Elle va vous recevoir et échanger avec vous sur les modalités de financement», a-t-il promis.

A travers un post sur Facebook, samedi dernier, le Premier ministre, Ousmane Sonko, a déclaré que «depuis quelques jours, le gouvernement a constaté une vague subite de déguerpissements et de désencombrements entrepris par les Collectivités territoriales». A cet effet, il a décidé de se rendre à Colobane, le lendemain dimanche, pour délivrer un message du président de la République sur la question dont il ne serait pas au courant.

LA CIRCULAIRE DU MINISTRE DE L’INTERIEUR DU 07 MAI 2024 SUR «LE DEBORDEMENT DES MARCHES»

Seulement, selon Dakaractu, il existe déjà une circulaire du ministre de l’Intérieur datant du 07 mai 2024 et ayant pour objet «Le débordement des marchés», qui appelait les municipalités à prendre de mesures contre le phénomène. «Il m’a été donné de constater, dans plusieurs localités du pays, des phénomènes de débordements des marchés hors de leurs limites et l’occupation des ronds-points par des marchands rendant ainsi difficile la circulation des personnes et des biens. Ces situations outre la gêne qu’elles engendrent, entrainent le plus souvent des accidents et des conflits entre usagers de la route et ces occupants», relève la note.

«A cet effet, je vous demande de vous saisir de cette question, en rapport avec tous les acteurs concernés, notamment les autorités décentralisées (présidents de Conseil départemental et Maires) pour : sensibiliser les responsables des marchés sur la nécessité voire l’urgence de contenir les activités marchandes dans les limites autorisées, initier des actions de désencombrement de la voie publique occupée du fait de ces activités, mettre en place un cadre de suivi des actions de désencombrement entreprises et veiller à la non réoccupation des espaces libérées», lit-on dans la note ministérielle signée Jean Baptiste Tine.

I.DIALLO

Leave a reply