Le president macky sall, au sommet de mise en œuvre de l’Ida 20 : « l’emploi des jeunes et des femmes demeure une sur-priorité »

0
300

Le président de la République Macky Sall considère l’emploi des jeunes et des femmes et la création d’activités génératrices de revenus comme une sur-priorité des Etats africains. Il s’est ainsi exprimé hier, jeudi, à Dakar devant ses pairs du Nigéria, du Congo, du Libéria, de la Guinée Bissau, de la Sierra Léone ainsi que plusieurs vice-présidents et Premiers ministres africains à l’ouverture du sommet de mise en œuvre de l’IDA 20.

Le président de la République du Sénégal entrevoit comme un véritable challenge des dirigeants africains, la question de l’emploi des jeunes et femmes. Il l’a soutenu hier, jeudi, à Dakar devant les présidents Muhamadu Buhari du Nigeria, Denis Sassou Nguesso du Congo, George Weah du Liberia, Umaru Sissoco Embalo de la Guinée Bissau, Julius Maada Bio de la Sierra Leone, Samia Suluhu Hassan de la Tanzanie ainsi que plusieurs vice-présidents et Premiers ministres africains prennent part à la rencontre.

« Nos urgences et priorités sont nombreuses. Parmi elles, il y a des sur-priorités, notamment la création d’emplois pour les jeunes et les femmes, mais aussi d’activités créatrices de revenus principalement pour les jeunes et les femmes », a-t-il dit à la cérémonie d’ouverture du sommet des chefs d’Etats et de gouvernement et la Banque mondiale sur l’Association internationale de développement (Ida), une initiative de l’institution financière pour lutter contre l’extrême pauvreté dans les pays les plus pauvres de la planète.

Parlant des jeunes et des femmes, le président Sall a relevé que cette frange de la population constitue le segment majoritaire de la population africaine. A ce titre, il a indiqué que l’investissement et la formation qualifiante aux métiers ont fait comprendre aux autorités qu’il faut changer les paradigmes en matière d’éducation en Afrique.

 

Macky Sall d’admettre l’urgence d’y apporter des réponses : « La population est jeune et nombreuse. Ce qui veut dire que son arrivée sur le marché se fait à une cadence insoutenable pour les États. Il fallait donc trouver des canaux dérivés pour absorber une bonne partie dans les formations qualifiantes et professionnelles ».

Le président Sall prônera alors une approche d’éducation nouvelle qui va leur ouvrir les portes de l’emploi. Sur ce, il dira : « Il faut créer les conditions de l’employabilité et non pas rester dans les schémas traditionnels postindépendances où des élites sont formées dans la théorie, mais ne savent pas faire grand-chose dans la pratique ». Il soutient que ce changement de paradigmes est très important pour l’éducation en Afrique.

Dans un document transmis à la presse, il est rappelé que les chefs d’Etat africains avaient déjà pleinement soutenu les priorités et l’enveloppe financière d’IDA-20, l’année dernière, lors d’un sommet similaire tenu à Abidjan. Le cycle de l’IDA-20 couvre la période allant du 1er juillet 2022 au 30 juin 2025. Pour cette réunion de haut niveau, les dirigeants et responsables de la mise en œuvre des projets sont invités à exploiter pleinement le programme de l’Ida-20, en s’appuyant sur l’expertise de la Banque mondiale et de sa présence dans les pays, dans le but d’obtenir des résultats durables au bénéfice des populations africaines.  Il s’y ajoute que ’’les chefs d’État confirmeront leur engagement en faveur d’une reprise vigoureuse en Afrique et s’attacheront à cerner les projets prioritaires susceptibles d’apporter une transformation et d’assurer un +bond en avant+ du continent avec l’aide dédiée de l’Ida.

A noter que l’Afrique est la région qui compte le plus de pays (39 sur 74) bénéficiaires de l’Ida-20, dont le thème est mieux reconstruire après la crise : pour un avenir vert, résilient et inclusif. Le même document mentionne que le Groupe de la Banque mondiale se tient prêt à collaborer avec les gouvernements pour accompagner la mise en place de politiques visant à mieux reconstruire et à accélérer le développement et la transformation économique du continent.

JEAN PIERRE MALOU

 

Leave a reply