Le «procès» du 05 septembre 1895 : la rumeur de la consécration (Par Dr Moustapha Diop Géographe-urbaniste)

0
192

À  l’heure de la  commémoration du 127ème anniversaire de la convocation de Serigne Touba au palais du Gouverneur Général que d’autres appellent les rákkas de Ndar, il nous semble important de sortir un peu de l’émotionnel pour nous plonger dans un voyage historique qui s’inscrit dans une démarche de compréhension de l’ordre des choses très souvent invisible à l’émotion. Car ce «procès» résume bien l’antagonisme axiomatique entre la soumission à Dieu et la domination ou, si l’on préfère, entre Serigne Touba et les colons. Mais surtout, il exprime une très solide thèse : les tensions entre  l’administration coloniale et Serigne Touba sont indissociables de la rumeur.

Le nom d’Amadou Bamba est apparu pour la première fois en mars 1889 dans une correspondance officielle, lorsque le Département des Affaires Politiques écrit à l’Administrateur du Kajoor son inquiétude au sujet des rumeurs sur le «Marabout appelé Amadou Bamba  installé entre Baol et Kajoor et que ralliaient de nombreux adeptes.»  L’on demanda à l’administrateur Angot de procéder à une enquête très discrète.

En avril 1889, il rapporte : «Au cours de ma mission, j’ai réalisé des enquêtes dans différents endroits sur les activités du marabout. Partout… j’ai entendu grand bien à son sujet. Il s’agit d’un homme pieux et tranquille dont la seule faute est qu’il s’occupe d’un grand nombre de “moins que rien” dont il fait des élèves marabouts et si ces gens ne sont pas étroitement surveillés, ils causeront progressivement des difficultés.»

En 1889,  l’administration coloniale ne reprochait  rien à Serigne Touba,  alors de plus en plus populaire et âgé de 36 ans. Au contraire, l’enquête révèle de la piété allant de pair avec la tranquilité en ce qui le concerne. Il n’est, pour s’en convaincre, que de lire tout le rapport d’avril 1889. Mais, l’information capitale dans le rapport est ce qui suit: «(…) Si ces gens ne sont pas étroitement surveillés, ils causeront progressivement des difficultés». Autrement dit, il y avait lieu de le surveiller. Ce qui fut le cas.

En juillet 1895, Leclerc, administrateur du cercle de Saint-Louis, dit que «Serigne Touba avait tenu une réunion devant 700 hommes, dont de nombreux anciens partisans de Lat Dior.» Lisons ce qu’il rapporte : «je ne connais pas les mots exacts de son discours, mais il est certain, pour quiconque connaît la prudence d’Amadou Bamba, qu’il n’avait pas dit de choses répréhensibles. Mais il n’en a pas moins certain que dans la soirée, alors que le marabout parlait dans sa hutte… ses talibés circulaient de groupe en groupe, donnant des instructions pour un soulèvement plus tard dans l’année.»

En 1895, le rapport de l’administrateur Leclerc renverse radicalement la perspective de l’administration coloniale sur Serigne Touba. Après quelques années, assez vite, Serigne Touba commença à faire peur et à inquiéter l’administration coloniale. Assez facilement, elle voit en Serigne Touba un concurrent, une   force d’opposition. Ainsi, il devient une nouvelle donne aux yeux de l’administration coloniale, qu’elle doit faire face. C’est alors que les choses s’amorcent et dans la perspective d’une confrontation.

Dans la même période, le même Leclerc avertit  en ces termes : «tous les anciens partisans du Damel, tous les Tiédos qui vivent uniquement par la guerre et le pillage et que l’actuelle administration a réduit à la misère, se sont regroupés autour du mahdi marabout, le destructeur de l’homme blanc…». Dans le contexte de l’allégeance d’«anciens partisans du Damel» des «…Tiédos qui vivent uniquement par la guerre et le pillage… », le climat change et l’administration coloniale s’inscrit dans une véritable logique de confrontation. Une évolution dont elle mettra longtemps à saisir les conséquences.

Entre janvier et février 1895, les fils de l’intrigue sont noués. Le regard de l’administration coloniale sur Serigne Touba change en moins d’un temps qu’il n’en faut pour le dire. La même administration  qui, quelques années plus tôt, affirmait la tranquillité de Serigne Touba, explique maintenant, avec la même assurance que ce dernier est devenu «le destructeur de l’homme blanc». Rien d’étonnant, donc, à ce que, l’administration coloniale décide d’alimenter  la tendance à la confrontation avec Serigne Touba. Surgit l’incontournable question. Quel argument a favorisé cette confrontation ? Une chose est sûre : la rumeur a été très décisive dans la détérioration de la relation entre Serigne Touba et l’administration coloniale

«Arrêté» le 10 août 1895, son «procès» ouvert le 05 septembre 1895, sans preuves avérées, le Conseil Privé décida de déporter Serigne Touba au Gabon  sur la base d’une lettre écrite par Mame Abdou Lô  avec le sceau de Samba Laobé Penda. Serigne Touba fut déporté sur la base d’une  rumeur et la plus mobilisée est celle liée à la lutte armée.  Lisons ce que le Conseil  Privé dit : « D’ailleurs, depuis qu’Amadou Bamba nous est connu, il n’a pas eu d’autre façon de procéder que les MABA, les AMEDOU CHEIKHOU, les MAHMADOU LAMINE et les SAMBA DIAMA…»

La journée du 05 septembre 1895 exaltée par les Mourides comme un moment de résistance héroïque  de Serigne Touba contre l’autorité coloniale, perçue par les fabricants de la rumeur comme un moment pour en finir avec lui, n’était juste que le début d’une logique de manipulation et de déformation de faits. En effet, la rumeur est réapparue  tout au long de la trajectoire de Serigne Touba : une rumeur encore à propos d’une guerre armée quand Allys l’administrateur du Cercle de Tivaouane utilise son agent secret de confiance Omar Niang pour infiltrer les disciples de Serigne Touba en se faisant passer pour un talibé (disciple). Suite à cela, il fut déporté encore en mai 1903 en Mauritanie. En 1907, Serigne Touba revenu, il fut mis en «résidence surveillée»  à Theyene dans le Jolof où un agent secret envoyait un rapport journalier à Saint-Louis avec le détail de ses visiteurs et de leurs présents (Ba 1982, O’Brien 1971, Coulon 1982).

En vérité,  la rumeur est inséparable de la consécration de Serigne Touba. Celle-ci s’est nourrie de la rumeur comme  lui-même il l’affirme : «Ceux qui, en me déportant à travers l’océan cherchaient à me nuire, N’ont fait que contribuer à me rapprocher du Seigneur.» Mais comme on le sait, il n’est aucun événement historique qui n’épuise sa pleine signification au moment où il advient. Celle-ci, ou plutôt celles-ci, quand elles sont multiples et, de règle, contradictoires, viennent l’envahir, au fur et à mesure que ses conséquences se dégagent dans l’histoire. 127  ans plus tard, vivant du souvenir de la déportation de Serigne Touba, ressassant la grandeur de cet homme, l’on peut dire non seulement les rumeurs ne l’ont pas affecté, mais elles lui ont donné l’énergie de s’acquitter parfaitement des droits de Dieu, de demeurer à Son Seuil et de chanter les éloges du Prophète (PSL).

 

Leave a reply