«Le renforcement de capacités des élus locaux doit être permanent», Adama Diouf, Président de l’Association des départements du Sénégal

0
278

Les conséquences liées à la crise sanitaire se sont révélées désastreuses pour l’économie nationale. Une situation imprévisible qui a contraint le gouvernement dès les premières heures à revoir toutes ses planifications en matière de politiques publiques. Ce, en mettant sur pied le Programme de résilience économique et social (Pres) doté d’un fonds de 1000 milliards sur concours de l’Etat, du secteur privé, des partenaires au développement et de toutes les bonnes volontés pour être «au chevet des populations», a magnifié Adama Diouf, président de l’Association des départements du Sénégal, par ailleurs en décentralisation et en développement territoriale. Cette dynamique sera confortée par la révision du Plan d’actions prioritaires (2019-2023), devenu Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (Pap2a) pour la relance de l’économie.

«Toutes ces mesures ‘’salutaires’’ ont eu un impact positif sur la résilience de l’économie, mais également sur le vécu des populations très éprouvées par la crise sanitaire, à la suite des mesures de restriction pour contrecarrer la pandémie». Car, «en réalité, autant l’Etat se démêlait à assurer de son côté, autant les collectivités territoriales devaient d’assurer les populations à la base».  Mais, «ceci n’était pas évident parce que les recettes n’étaient plus au rendez-vous», admet-il. Saluant ledit colloque, il dira : «la covid-19 a surpris plus d’un. Et ce colloque vient à son heure en ce sens qu’il nous permet de renforcer nos connaissances mais aussi de nous mettre en place dans le cadre du dispositif d’adaptation».

A la question de l’opportunité de mettre des élites à la tête des collectivités territoriales, l’expert en décentralisation et en développement territorial soutient ceci : «A chaque élection locale, le corps est renouvelé aux trois quarts pour des raisons de démocratie à la base. Le tout dans un espoir de vivre mieux ». D’où la pertinence du thème de ce colloque intitulé : Décentralisation et gouvernance locale en Afrique dans un contexte de crise sanitaire mondiale : leçons apprises et perspectives. «Nous sommes à l’orée des élections et il est important que la question de la formation soit prise en charge».

A la fin de ce colloque, «il faudra mettre en place de nouveaux modules de renforcement de capacités», préconise-t-il. Et de poursuivre : « en tant que président des élus, nous avons un programme de formation pour mieux outiller les élus pour qu’au lendemain des élections, les nouveaux élus puissent répondre aux mieux aux attentes de leurs concitoyens », a-t-il souhaité. Selon lui : «Le renforcement de capacités des élus locaux doit être permanent. Et c’est prévu dans la loi», explique-t-il. Donc, «ils doivent chaque année recevoir une formation pour renouveler leurs connaissances au regard du monde changeant notamment sur le numérique avec l’enseignement à distance», dira-t-il.  

JPM  

Comments are closed.