Le secteur de l’hôtellerie en alerte : les travailleurs dénoncent les mauvais traitements

0
770

L’Intersyndicale des délégués du personnel des travailleurs de l’hôtellerie a déploré, dans un communiqué qui nous est parvenu hier, lundi 13 février,  les conditions difficiles de travail dans le secteur. Des difficultés liées à plusieurs formes d’exploitation dont des horaires inadaptés, une rémunération faible qui ne fait pas vivre son homme, un manque de considération et du mépris à l’endroit des travailleurs.

«Malgré́ tous les sacrifices consentis par les travailleurs de l’hôtellerie, des cafés, bars et restaurants et les efforts du gouvernement pour soutenir l’industrie touristique, par la mise en place d’un Fonds de résilience, d’un fonds dédié́ à la compensation des pertes de revenus des unités hôtelières, l’augmentation du crédit hôtelier, surtout pour la sauvegarde des emplois, le patronat continue de jouer la comédie et le dilatoire, pour ne pas respecter les accords et les engagements contenus dans le Pacte de Stabilité́ Sociale et de Relance Économique, particulièrement sur la priorité́ d’embauche des travailleurs victimes de licenciements pour difficultés économiques», a fait noter la source. Et d’avancer : «plus grave encore, les patrons, malgré́ la relance, remettent quotidiennement en cause les acquis obtenus de haute lutte».

L’Intersyndicale des délégués a aussi dénoncé avec vigueur «le non-respect des accords conclus entre les organisations syndicales de l’hôtellerie et le patronat ; exigent le recrutement des travailleurs licenciés du fait de la Covid-19, et l’application d’un horaire de quarante (40) heures par semaine à la place de l’équivalence (48 heures par semaine effectuées et payées 40 heures) ; même les pays esclavagistes l’ont bannie en ce 21ème siècle». 

Ainsi, face à une telle situation, l’Intersyndicale des délégués du personnel de hôtellerie interpelle le gouvernement, particulièrement le ministre du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions et le ministre du Tourisme et des Transport aériens, pour que les droits des travailleurs et les accords soient respectés.

L’Intersyndicale des délégués dénonce aussi «les menaces et réprimandes dont les délégués sont victimes dans certains hôtels et l’utilisation abusive de travailleurs journaliers embauchés depuis plus de 05, 10 ou 15 ans sans aucune régularisation». Face à cette situation, il décide de mettre en œuvre un plan d’action dans les prochains jours, allant de points de presse aux marches, en passant par le port de brassards rouges sur les lieux de travail, les sit-in, etc.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply