Le Sénégal a besoin de 1.500 milliards de francs CFA pour son autosuffisance en riz

0
535

(APS) – Le Sénégal a besoin de de 1.500 milliards de francs CFA pour atteindre son objectif d’autosuffisance en riz d’ici à 2030, a-t-on appris mardi à Thiès (ouest) du coordonnateur du Programme de développement de la chaîne de valeur riz (PDCVR), Waly Diouf.

‘’Selon l’évaluation qui a été faite, pour aller à l’autosuffisance en 2030, le Sénégal a besoin de 1.500 milliards de francs CFA’’, a dit M. Diouf en marge d’un atelier sur le financement islamique du PCVR.

Selon lui, cette estimation a été faite dans le cadre de la Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique, dont le Sénégal est membre.

Les besoins financiers du Sénégal pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz étaient estimés à 424,4 milliards de FCFA entre 2014 et 2017, a rappelé M. Diouf. ‘’En 2019, quand le président de la République a demandé l’évaluation du Programme national d’autosuffisance en riz, a-t-il poursuivi, nous nous sommes rendu compte qu’en réalité entre 2014 et 2019, c’est plutôt 205 milliards qui ont été mobilisés.’’

Malgré le ‘’gap’’, les ressources injectées avaient permis de passer d’une production de 400.000 tonnes par an à 1,3 million de tonnes par an, selon le coordonnateur du PDCVR. ‘’Un bond jamais réalisé depuis 1960’’, a-t-il souligné.

Le renchérissement du coût pour matérialiser la politique de l’autosuffisance en riz, qui a plus que triplé entre 2014 et 2023, résulte du fait que les ressources nécessaires n’ont jamais été mobilisées durant cette période.

‘’Si cet argent (1.500 milliards) n’est pas mobilisé d’ici à 2030, la population du Sénégal va augmenter, la quantité de riz consommée par les familles va augmenter, et il y a de fortes probabilités que la somme nécessaire pour aller vers l’autosuffisance soit [plus élevée]’’, a dit Waly Diouf.

Les lenteurs de l’atteinte de l’autosuffisance en riz s’expliquent, selon lui, par la ‘’crise mondiale’’.

Le changement des habitudes alimentaires dans le monde rural, où le riz occupe une place de plus en plus importante, contribue au ralentissement de l’atteinte de cet objectif d’autosuffisance, affirme Waly Diouf.

Leave a reply