Le Sénégal emprunte 41 milliards de francs CFA à la BOAD pour financer son agriculture et ses infrastructures économiques

0
499

(APS) – L’Etat du Sénégal a signé deux accords de prêt d’un montant global de 41 milliards de francs CFA avec la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), pour le financement de sa politique de sécurité alimentaire et la construction d’infrastructures économiques à Diass (ouest), a constaté l’APS, jeudi, à Dakar.

Les accords de financement ont été signés par le président de la BOAD, Serge Ekué, et la ministre sénégalaise de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Oulimata Sarr.

La signature des accords a eu lieu en présence du directeur général de l’APIX, l’agence chargée des investissements et des grands travaux de l’Etat, Abdoulaye Baldé.

Les prêts octroyés par la BOAD vont permettre au Sénégal de financer un programme dédié au ‘’renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle’’, pour un montant de 11 milliards de francs CFA, selon Mme Sarr.

Elle ajoute que 30 milliards de francs CFA de la banque de développement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine seront destinés à des travaux de voirie et de construction d’infrastructures à la zone économique spéciale intégrée de Diass.

Les projets à financer ‘’vont concourir aux objectifs liés à la souveraineté alimentaire et à la transformation structurelle de notre économie’’, a souligné Oulimata Sarr.

Le Sénégal s’est engagé, lors du récent sommet de Dakar sur la sécurité alimentaire, à consacrer au moins 10 % de ses dépenses publiques à l’agriculture, a-t-elle rappelé.

Les prêts octroyés par la BOAD vont concourir à ‘’la réduction de la pauvreté et à [la] sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations’’, a dit Mme Sarr.

Les fonds prêtés par la Banque ouest-africaine de développement vont financer l’agriculture dans la vallée du fleuve Sénégal (nord) et le centre du pays, selon la ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

Ils permettront au Sénégal d’améliorer sa production industrielle et de ‘’favoriser l’émergence d’un secteur privé national fort’’.

Leave a reply