«Le Sénégal fait des bonds graduels sur beaucoup de secteurs malgré…», Abdou Karim Fofana, ministre en charge du PSE

0
420

Le gouvernement du Sénégal a procédé hier, mardi 19 avril à la revue annuelle 2021 des projets et reformes phares du Plan Sénégal Emergent (Pse). Faisant le bilan des réalisations du Pse, le Ministre en charge du suivi de cette politique publique de l’Etat Abdou Karim Fofana  a relevé que le Sénégal fait des bonds graduels sur beaucoup de secteurs.

Le Sénégal fait des bonds graduels sur beaucoup de secteurs malgré cette conjoncture économique et géopolitique. C’est du moins l’avis de Abdou Karim Fofana Ministre en charge du suivi du Plan Sénégal émergent (Pse). Il présidait hier, mardi 19 avril la revue annuelle  2021 des projets et réformes phares du Pse. Il a déclaré que le Pse tient toutes ses promesses.

«On constate que le Sénégal résiste aux chocs exogènes  que ce soit le Covid-19 ou la crise Ukrainienne. Malgré la dépendance de notre économie à plusieurs facteurs extérieurs, la trajectoire de croissance est en train de reprendre  son chemin. On note une amélioration dans beaucoup de secteurs comme l’agriculture et l’élevage. Nous sommes presque à 400 mille tonnes de céréales. Il faut encore des efforts pour arriver à l’autosuffisance avec 4 millions de tonnes», se réjouit-il. Sur les réformes, il annonce que  les structures publiques qui, en 2012 ne reversaient que 4 milliards à l’Etat en termes de dividendes, ont reversé cette année plus de 128 milliards de dividendes. Ce qui montre, dit-il,  les performances de l’administration du point de vue de l’efficacité et de la rentabilité des activités gérées par l’Etat. Toutefois, Abdou Karim Fofana reconnait  qu’il y a encore des défis à relever pour atteindre les objectifs du Pse. Selon lui, pour y arriver, il faut renforcer la souveraineté alimentaire et sanitaire ainsi que le réseau d’infrastructures du pays.

«Nous sommes dans un contexte d’instabilité économique comme tous les pays du monde. Donc, ce qu’il nous faut, c’est renforcer notre souveraineté alimentaire et sanitaire ainsi que notre réseau d’infrastructures. Il y a une tension énorme sur le marché du blé.  Nous sommes un gros importateur du blé. Il  faut faire en sorte qu’on puisse incorporer nos farines locales  dans la préparation du pain. Mais, il faut aussi  commencer  à  produire du blé au Sénégal», a laissé entendre le Ministre.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply