Le Sénégal tient sa feuille de route avec son projet de structuration de l’industrie pharmaceutique

0
119

Après cinq semaines de travail intense, les acteurs de la relance de l’industrie pharmaceutique ont sorti hier, vendredi 22 octobre, lors d’une séance de clôture de l’atelier intensif de structuration dudit projet une feuille de route devant mener à la mise en œuvre globale du plan de relance à compter de 2022 jusqu’en 2026 si et seulement si les prérequis relatifs au financement pour les réformes et les instances de coordination de 2 milliards attendus sont mobilisés d’ici janvier 2022. 

Clap de fin de l’atelier intensif de structuration du Plan de relance du secteur de l’industrie pharmaceutique. Lancé le 20 septembre dernier, ledit atelier intensif sera suivi de deux autres, à savoir celui de la présentation des résultats à mi-parcours des groupes de travail (Mid-Lab syndication), tenu le 8 octobre du mois, puis celui de la clôture, tenu hier, vendredi 22 octobre.

Au terme de cinq semaines de travail, les acteurs ont mis sur pied une feuille de route bien claire à dérouler dans une temporalité bien précise, assortie d’un investissement ambitieux et réalisable. Cette feuille de route s’articule autour de 9 réformes prioritaires opérationnalisées ; 10 projets publics structurés pour des besoins de financement estimés à 95,5 milliards de FCFA ; 15 projets privés structurés pour des investissements estimés à 210,7 milliards de FCFA ; 1 modèle de gouvernance recommandé pour le pilotage et la mise en œuvre réussie du plan de relance de l’industrie pharmaceutique.

Ils ont par la suite invité les autorités compétentes à valoriser ce travail de qualité. Le ministre auprès du président de la République en charge du suivi du plan Sénégal émergent (Pse), Abdou Karin Fofana, dans son mot de clôture n’a pas manqué de saluer l’engagement constant et l’abnégation sans faille de tous les acteurs durant ces 5 semaines de travail pour arriver à un résultat satisfaisant.

Le ministre de rappeler que c’est dans le cadre du Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (Pap2a) que le secteur de l’industrie pharmaceutique a été identifié comme une priorité en vue de mettre à l’abri le pays des risques de pénurie de médicaments nécessaire pour préserver la santé des populations. Cette exigence répond à un impératif de fédérer toutes les initiatives et d’offrir un cadre unique d’actions, à travers le Bureau opérationnel de suivi du Pse, en relation avec les différentes parties prenantes concernées. Invitant tous les acteurs à maintenir le cap, il dira : « Au-delà des intérêts de chaque participant public ou privé, dans ce processus, sachez que vous êtes en train de participer à une entreprise collective au bénéfice des populations du Sénégal ».

Il ajoutera : « A travers vos efforts conjoints, vous vous inscrivez dans la dynamique de rupture à même de propulser le Sénégal dans une ère de modernité et de prospérité partagée. C’est tout le sens du Plan Sénégal Émergent, fondé sur une approche inclusive et participative autour d’une Vision d’un Sénégal émergent en 2035, avec une société solidaire dans un État de droit ».

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :