Le Synpics porte le combat pour le règlement des doléances des travailleurs des entreprises de presse

0
295

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics)  a fait face à la presse hier, mercredi 23 mars, pour revenir sur les problèmes qui minent le secteur des médias notamment dans les entreprises publiques et au groupe Excaf. Sur ce, son Secrétaire général, Bamba Kassé, a dit que le syndicat usera de toutes les voies à sa portée pour forcer le respect des professionnels des médias en activité dans les organes concernés.

L’exercice du journalisme ou des métiers de professionnel des médias n’est pas chose aisée. Et les employés des organes étatiques n’y échappent pas. En conférence de presse hier, mercredi 23 mars, le Secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics), après avoir déploré la situation, «dans ce contexte où l’on cherche à organiser les medias» et où «dans certaines maisons nous notons des situations d’une extrême gravité», compte s’investir à fond afin que les droits de travailleurs soient respectés. «Le Synpics est décidé à reprendre les rênes et mener le combat. On ne peut pas permettre que quelques ambitions égoïstes puissent tuer notre secteur», alerte-t-il.

Pour Bamba Kassé, les entreprises de presse étatiques, bénéficiaires de plusieurs milliards de financement, en plus d’un monopole de la publicité institutionnelle, sont détournées de leur objectif et servent  de moyens de contrainte et d’harcèlement.  Le stoïcisme, la subordination à l’aveuglette et la docilité envers le patron ne sont pas des caractéristiques des relations entre le patron et son employé dans les entreprises de presse, juge-t-il. «Dans le secteur de médias, bien vrai que les relations sont entre employeurs et employés, mais la particularité est que nous sommes dans un milieu d’intellectuels. Il ne s’agit pas d’obtenir de la part de ses collaborateurs (employés) des courbettes. Il n’y a pas de petits rois. Nous sommes des journalistes», note Bamba Kassé, qui relève que les travailleurs de ces médias sont d’honnêtes collaborateurs à qui le patron doit «le respect et la considération».

Venu prêter main forte au Synpics,  Cheikh Diop, le Secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Force du changement (Cnts/Fc), s’est indigné de la situation et a exprimé tout son soutien au Synpics. «Les organisations syndicales ne peuvent plus être indifférentes, d’autant plus qu’elles constatent que la violation des droits et des libertés syndicaux est en train de changer de camp. Habituellement, c’est au niveau du secteur privé qu’il était constaté des violations et, aujourd’hui, elles ont littéralement changé de camp». Pour Cheikh Diop, c’est une nouveauté qui ne peut être acceptée.  Pis ajoute-t-il, «un Etat accepte, sans réagir, ses démembrement violer délibérément les droits et libertés des travailleurs ; c’est inacceptable».

Représentant le collège des délégués du quotidien national Le Soleil, Souleymane Diam Sy, a déclaré que, dans leur combat contre Yakham Mbaye, ils sont prêts à tout, y compris des journées sans publication. La section Synpics du Soleil pose trois conditions avant toute négociation avec leur directeur. Il s’agit du virement immédiat de l’intégralité du salaire des agents suspendus, l’annulation des décisions d’affectation et la suspension de l’acte de  licenciement de l’agent démis  de ses fonctions pour avoir répondu, selon Souleymane Diam Sy, à des insultes de Yakham Mbaye dans un groupe WhatsApp.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.