L’échec de la Session de l’ONU : recentrer la stratégie africaine, Par Sidy GAYE (Sud Magazine, N°2, Juin 1986)

0
1765

En dépit de la déception qu’elle a suscitée auprès de l’opinion africaine, la session spéciale que l’Organisation des Nations unies vient de consacrer du 27 au 31 mai à la situation économique du continent, ne peut être rangée au décompte des initiatives stériles qui ont marqué, à un moment ou un autre, le panorama politique panafricain.

Il est vrai que si l’on s’en tient uniquement aux objectifs déclarés, à savoir l’accroissement, à terme des flux financiers en direction du continent, l’on ne pourra évoquer cette session spéciale qu’en terme d’échec. De ce strict point de vue, le bilan en effet, a été largement négatif. Le seul acquis dont pourraient se prévaloir en juillet prochain tous ceux qui, depuis plus d’un an, n’avaient ménagé aucun effort pour une parfaite organisation de cette session, se limite pour l’heure au triple engagement canadien, hollandais et français.

Par la voix de son ministre des Relations extérieures, Mme Monique Vézina, le Canada a offert aux pays de l’Afrique sub-saharienne un moratoire de cinq ans pouvant être reconduit jusqu’à la fin du siècle. C’est ainsi une somme de 700 millions de dollars répartie en trois tranches d’ici l’an 2000, qui serait effectivement défalquée des dettes africaines relevant de l’aide publique au développement.

C’est de la bouche d’une autre femme, Mme Eegie Sohod, ministre néerlandais de la Coopération qu’est également venue la seconde bonne nouvelle de cette session. Les Pays-Bas ont en effet décidé en cette occasion, un moratoire de cinq ans sur le service de la dette de tous les prêts au développement accordés aux pays africains les moins développés. Enfin, par la voix de son ministre de la Coopération M. Michel Aurillac, le gouvernement Chirac s’est engagé pour sa part – sans toutefois en préciser le montant – pour l’accroissement dans les meilleurs délais possibles, de son aide publique au développement pour l’Afrique.

Le tour est vite fait et ainsi se trouve résumé le maigre résultat auquel aura abouti après d’une semaine de négociations exclusives entre l’Afrique d’une part et ses partenaires de la communauté internationale de l’autre.

Mais serait-il juste d’apprécier tous les efforts déployés jusqu’ici sous le paramètre unique des flux additionnels de ressources? S’il fallait s’en tenir à cette seule grille de lecture pour décrypter l’impact réel de cette saison, il est évident qu’on aurait vite conclu à un échec total.

En effet, ni l’engagement néerlandais, ni le précédent canadien encore moins la mime française ne se traduisent dans les faits par un apport supplémentaire d’argent frais au bénéfice de l’économie africaine. Il s’agit tout au plus, dans le meilleur des cas, d’un simple transfert partiel et fort limité du fardeau de la dette publique africaine, d’un certain nombre de pays débiteurs, à un ou deux pays créditeurs. Ces limites de l’engagement occidental seraient encore plus étroites, s’il fallait intégrer en ligne de compte l’inévitable conditionnalité qui n’a pas manqué une fois encore, d’être reconduite en dépit de la «générosité» réelle des gouvernements canadien et néerlandais.

Mais l’appréciation objective de cette session spéciale que l’ONU vient de consacrer à la situation économique du continent, exige plus qu’une évaluation ponctuelle. C’est par rapport à l’expérience historique léguée depuis les années soixante par les grandes négociations Nord/Sud d’une part, et les nouvelles perspectives ouvertes par cette étape cruciale de la mobilisation africaine de l’autre, qu’il convient le mieux, de mesurer l’impact réel de cette session sur le devenir africain.

A l’image de tout événement marquant en soi le tournant d’un processus linéaire, seule cette approche historico-futuriste permet en vérité, d’en saisir toute la dynamique interne et d’en mesurer les sphères d’influence susceptibles d’agir sur le terme.

Sous la première dimension, il importe de rappeler tout d’abord, le contexte de blocage généralisé des négociations Nord/Sud dans lequel est intervenu la session de l’ONU. En effet, depuis l’impasse à laquelle avaient abouti dans les années soixante-quinze, les dernières négociations Nord/Sud ayant pour cadre l’avenue Kléber à Paris, les points de revendication du groupe des 77 ou de l’une ou l’autre de ses composantes régionales, n’avaient plus aucune prise sur ses interlocuteurs du «Centre »,

Ainsi en est-il du problème de la dette ou du dossier des produits de base pour lesquels les appels du pied les plus pathétiques n’ont guère réussi jusqu’à présent, assouplir l’attentisme occidental. Réussir dans ce contexte de rupture du débat planétaire, à ouvrir le dossier d’une seule région au niveau le plus élevé d’un cénacle onusien malmené par la crise du multilatéralisme, représentait déjà une prouesse de taille qu’il convient désormais de ranger quel qu’en soit le résultat, au nombre des rendez-vous les plus importants de l’histoire des Nations- unies. Sans aucune contestation crédible, il s’agissait bien là d’un évènement drainant la même signification historique que les conférences du Caire (1982) et de Genève (1964) sur le commerce et le développement qui furent à l’origine de la création de la CNUCED ou de la sixième Assemblée spéciale des Nations unies en 1974 qui vit le Tiers Monde théoriser l’ensemble de ses revendications sous le concept bien connu de Nouvel Ordre économique international.

Naturellement, tout en partageant les mérites de ces conférences, la session de l’ONU pour l’Afrique, qui participe de la même approche négociée des problèmes internationaux, avait simultanément souscrit aux mêmes risques, aux mêmes handicaps. Pas surprenant dès lors qu’elle se soit heurtée à l’attentisme d’hier et au refus permanent qui est une dominante de l’attitude occidentale depuis le rééquilibrage politique planétaire qui avait suivi le sursaut de Bandœng.

Mais paradoxalement, c’est dans cette récurrence de la position occidentale, que résident les facteurs mobilisateurs d’un nouveau consensus panafricain. En effet, par-delà les échecs im­médiats, la session de l’ONU est porteuse d’une nouvelle pédagogie. A savoir, l’indispensable prise de conscience de l’autonomie africaine.

Aujourd’hui plus que jamais, il est devenu évident que pour surmonter ses difficultés immédiates ou à venir, les Africains ne devront plus compter que sur eux-mêmes, sur leurs propres forces. Cette évidence primaire qui avait eu bien du mal à rencontrer l’adhésion de tout le continent, a eu son sacre à New York. Et c’est là sans conteste le résultat le plus positif et le plus éclatant de cette dernière session.

Contrairement aux convictions les plus radicales du type de l’attitude burkinabè qui réclamait depuis juillet dernier une confrontation ouverte avec l’Occident sur le problème de la dette par exemple, il est certain que cette prise de conscience est venue à son heure. Il aurait suffi d’une autre stratégie moins conciliante et plus maximaliste pour donner aux interlocuteurs occidentaux tous les prétexte d’un refus ou d’une rupture en tous les cas pré­ visibles. Maintenant que la responsabilité de cette rupture est endossée par nos partenaires, il est vraisemblable que le consensus africain sur le nécessaire ressourcement intérieur sera plus aisé à bâtir même ·si au demeurant, l dépendance résiduelle de certains gouvernements constitue encore des obstacles objectifs à surmonter.

Mais en tout état de cause, la preuve est· désormais faite, qu’aussi bien sur le front économique que politique avec la nécessaire libération de la partie australe du continent, l’Afrique se devra à l’avenir, de compter sur ses propres forces. Avant et après tout. Pourvu que ces leçons-là soient tirées en juillet prochain, avec courage et responsabilité, à l’occasion du 22e sommet de l’OUA qui devrait consacrer le recentrage de la stratégie africaine.

Leave a reply