L’Ecole polytechnique de Thiès, une ambition de monter en puissance

0
939

(APS) – L’Ecole polytechnique de Thiès (EPT) doit faire son possible pour arriver à mettre 200 ingénieurs sur le marché chaque année, ce qui va marquer la première étape de sa montée en puissance, a indiqué le directeur de cet établissement, le professeur Alassane Diène.

« Il faut que très rapidement la montée en puissance de l’Ecole polytechnique ne soit plus un vain mot, que ce soit une réalité », a-t-il dit dans un entretien avec l’APS, dans le cadre du cinquantenaire de cette école créée en 1973.

Il assure que l’administration de l’établissement travaille à la réalisation de cette ambition, jugeant qu’il  »très bien possible » d’atteindre cet objectif.

« L’un des points clefs est qu’il faut qu’on fasse tout pour mettre sur le marché chaque année, 200 ingénieurs avec une diversification » des filières, a-t-il indiqué, notant que « tous les éléments nécessaires pour atteindre cet objectif » ont été identifiés, ce qui va nécessiter environ 2 milliards de francs CFA, dans le cadre d’un projet de développement stratégique 2023-2027.

Le coût réactualisé de ces investissements devrait maintenant être de « moins d’un milliard », en raison des infrastructures et des équipements dont a bénéficié entre temps l’établissement, grâce à l’accompagnement de l’Etat.

« Le premier problème sur lequel on a butté, c’est qu’ici, tous les étudiants sont logés, il faut qu’on ait une capacité d’accueil aussi bien au niveau du campus pédagogique que social, qu’on ait assez de salles pour pouvoir accueillir autant d’étudiants », a-t-il noté.

Selon le directeur de l’EPT, l’ambition « à court terme », est d’avoir « au minimum 1.000 élèves-ingénieurs dans le campus de l’école polytechnique ». Il a signalé que sur le plan social, l’Etat a construit un bâtiment de 100 lits, un autre de 500 lits et un réfectoire de 500 places, et un château d’eau est en chantier.

« Sur le plan pédagogique, on a besoin de quelques salles. Je ne parle pas d’amphithéâtres, si j’ai trois salles de 200 places, ça me permet au moins de pouvoir atteindre très rapidement cet objectif », a-t-il dit.

Le professeur Diène a dit avoir été informé, jeudi, qu’une partie des équipements qu’il avait demandés était arrivée.

Un autre « objectif-phare » de l’EPT est d’obtenir l’accréditation de la Commission des titres d’ingénieur (CTI). L’établissement s’est inscrit dans la dynamique de de postuler pour cet agrément qui va valider sa conformité aux standards internationaux, a-t-il dit.

De ce fait, « on n’aura plus besoin d’envoyer des jeunes élèves à l’étranger, pour avoir un diplôme labellisé », puisque celui de l’EPT aura la même valeur que d’autres écoles d’ingénieurs cotées à l’échelle mondiale, a expliqué Alassane Diène.

Il considère que cette dynamique est « en adéquation » avec la volonté exprimée par le président de la République, lors du lancement des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), d’éviter les déperditions de 80% des jeunes qu’on a envoyés en Europe pour des études et qui ne reviennent pas.

« Nous souhaitons aussi très rapidement mettre en place une école doctorale des sciences de l’ingénieur, qui n’existe pas encore », a poursuivi le directeur de l’Ecole polytechnique de Thiès, notant que cela fait aussi partie des ambitions de l’établissement.

Leave a reply