Les consuméristes affichent leur scepticisme suite à la sortie du président Macky Sall sur la cherté du loyer au Sénégal

0
321

La dernière sortie, en Conseil des ministres avant-hier, mercredi 27 octobre 2021, du président de la République, Macky Sall, sur la cherté des prix du loyer et les instructions données aux ministères et services concernés pour la régulation du secteur ne semble pas vraiment emballer les acteurs et consuméristes. Ces derniers qui affichent leur scepticisme, en appelle plutôt à travailler, à poser des actes concrets arrangeant à la fois les bailleurs «goor-goorlu» qui croule sous le poids de l’explosion des coûts du loyer, notamment depuis l’adoption de la loi de 2014, que de donner des directives qui ne seront jamais respectées par le gouvernement.

La sortie du Chef de l’Etat, Macky Sall, avant-hier mercredi, en Conseil des ministres, demandant au gouvernement «de lui proposer dans les meilleurs délais, des mesures d’urgence pour encadrer davantage et réguler les prix du loyer sur l’ensemble du territoire national, notamment au niveau des centres urbains», rencontre l’adhésion des organisations de défense des consommateurs. Seulement, ces derniers restent sceptiques quant à l’effectivité de cette directive qui n’est pas la première, depuis l’entrée en vigueur de la loi 2014 et les problèmes nés de son application.

Pour Momar Ndaw, président de l’Association nationale des consommateurs du Sénégal (Ascosen),qui milite pourla mise en place d’un observatoire de l’immobilier et du logement,aujourd’hui la volonté politique a été exprimée par le président de la République ; maintenant il appartient aux services concernés d’agir immédiatement sur le terrain.

«Je pense qu’il est extrêmement important que l’on puisse, à partir de maintenant, aller dans la réalisation concrète des actions qui vont permettre de régler le problème du loyer. Et nous, nous pensons qu’aujourd’hui la volonté a été exprimée par le président de la République ; maintenant il faut que les services puissent immédiatement agir sur le terrain. Nous avions proposé la mise en place d’un observatoire de l’immobilier et du logement, qui sera un organe qui ne fera que cela ; c’est-à-dire que du matin au soir, ils vont gérer tout ce qui a trait aux réclamations sur le loyer, aux instructions sur le terrain, pour voir un peu la conformité des habitations. C’est le ministère des Finances qui est le ministère en charge du loyer. Or, ce ministre ne s’est jamais impliqué dans la gestion de l’application de la loi sur le loyer et ça, c’est l’une des difficultés que nous avons. Don, aujourd’hui, l’instruction a été clairement donnée à la fois au ministère des Finances et au ministère des Commerces», a relevé Momar Ndaw.

Pour Me Massokhna Kane, président de SOS Consommateurs, il faut aller au-delà des déclarations qui ne font bonne figure dans le communiqué du Conseil des ministres et donner des instructions fermes aux différents services dans ce sens. Sinon, ces derniers ne feront rien du travail attendu.

«Oui ! Mais ça, c’est des instructions de plus, c’est comme une cloche de fil, de temps en temps ça revient. Mais ce qui est sûr, c’est que ces instructions qu’il a donné ne seront pas appliquées. Parce que les ministères dont on a parlé, le ministère du Commerce et celui des Finances ne peuvent pas faire ce travail, ils ne peuvent pas. Il faut autre (chose) pour régler ce problème des loyers, qui est lié au problème de l’immobilier, en général, et de l’immobilier social (en particulier). Mais tout ça ne sert à rien. Combien de fois il donne des instructions comme ça et ce n’est pas respecté. Surtout qu’ils vont en campagne électorale bientôt, ils ne pourront pas. C’est pour faire bonne figure dans le communiqué du Conseil des ministres, mais il doit savoir, lui-même, que ses services ne feront pas le travail», a asséné Me Massokhna Kane.

NÉCESSITE DE RÉGULATION DES PRIX DU LOYER

Une «instruction» de plus de Macky

En Conseil des ministres avant-hier, mercredi 27 octobre 2021, le président Macky Sall, revenant «sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, …a insisté sur la nécessité d’une régulation urgente des prix du loyer et a demandé aux ministres en charge du Commerce et des Finances, avec le concours des services du ministre en charge du Logement, de lui proposer dans les meilleurs délais, des mesures d’urgence pour encadrer davantage et réguler les prix du loyer sur l’ensemble du territoire national, notamment au niveau des centres urbains», lit-on dans le communiqué du Conseil des ministres.

Et ce n’est pas la première fois que Macky Sall donne des instructions du genre au gouvernement, après la multitude de complaintes des populations sur la cherté du loyer dont les coûts ne cessent flamber, malgré l’adoption, en 2014 par l’Assemblée nationale, d’une loi portant baisse des prix du loyer à usage d’habitation et dont l’application pose toujours problème.

En Conseil des ministres du 28 septembre 2016, le président Macky Sall, avait fait la même adresse à l’endroit de son gouvernement, demandant notamment aux ministères concernés de lui “faire le point” avant la fin du mois d’octobre de la même année. Aussi, en Conseil des ministers du 30 octobre 2019, Il avait demandé au ministre du Commerce, en rapport avec les ministres chargés des Finances et de l’Habitat “d’intensifier les actions de régulation des loyers…” Depuis lors, les citoyens qui ne savent plus où donner de la tête face à l’explosion des prix du loyer attendant toujours la traduction en actes de ces “instructions”.

ELIMANE SALL, PRESIDENT DE L’ASSOCIATION POUR LA DEFENSE DES LOCATAIRES DU SENEGAL

«Je préfère même qu’il ne fasse pas de déclaration et qu’il travaille pour trouver des solutions au lieu de…»

«Je pense que pour cette énième sortie du président de la République, ça prouve nettement que ses ministres n’exécutent pas ce qu’il recommande ou bien lui-même, il veut saupoudrer les gens avec des déclarations à n’en plus finir, les appels qu’il lance tout le temps. Parce que, normalement, depuis la baisse sur les prix du loyer, il a fait énormément d’appels au Conseil des ministres que nous avons apprécié, avec vous la presse. Mais, jusqu’à présent, rien ne bouge. Soit c’est lui, soit ce sont ses ministres. Nous, on ne veut plus d’appel, on veut plus de recommandations. Ce qu’on veut, c’est quelque chose de concret sur le terrain, senti par les locataires, parce que nous vivons énormément de difficultés pendant que le président  se contente d’appels.

Aujourd’hui les «goor-goorlu» sénégalais n’en peuvent plus, tout le monde est exténué avec la cherté du loyer. Et, pendant ce temps, on se contente seulement de nous servir de déclarations. Je pense qu’il faut revoir cette méthode-là. Moi, je préfère même qu’il ne fasse pas déclaration et qu’il travaille avec ses services concernés, avec les acteurs concernés, pour pouvoir trouver des solutions, au lieu de se contenter de faire des appels à des ministres qui ne l’exécutent jamais.

REVOIR ET EVALUER LOI DE 2014, VOIR LA OU ÇA NE VA PAS ET METTRE DES GARDE-FOUS,  AVOIR DES GENS SUR LE TERRAIN ET REGLEMENTER LE SECTEUR

Donc, pour ne pas retomber dans les mêmes travers que la loi de 2014, je pense qu’il convient de revoir, d’évaluer la loi votée en 2014. Alors, depuis 2014, on a pu constater sur le terrain les failles de cette loi. Mais il faut évaluer et le président l’avait demandé. Il faut évaluer cette loi, voir les failles, les subterfuges utilisés pour pouvoir réajuster parce qu’aucune loi n’est parfaite. Mais, comme disent les athéniens, une loi, même si elle est mal faite, dès qu’elle vise l’épanouissement du grand peuple, elle est souhaitable.

Donc cette loi était la bienvenue auprès de tout le monde, aussi bien les députés, les bailleurs ainsi que les locataires. Mais, malheureusement, il n’y a rien eu de suivi, il n’y a pas eu de mesures d’accompagnement. Donc il faut éviter les écueils de la loi qu’on avait voté à la va-vite pour pouvoir satisfaire je ne sais quelle clientèle politique. De toute façon, pour éviter les travers de l’ancienne loi de 2014, il faut évaluer, voir là où ça ne va pas et mettre des garde-fous. Il faut des gens sur le terrain et des mesures vraiment draconiennes pour réglementer ce secteur-là.

«IL FAUDRAIT QUE L’ESPRIT QUI AVAIT GUIDE LA LOI DE 2014 REVIENNE»

« Je pense que les bailleurs, qu’on appelle communément les propriétaires, sont des Sénégalais comme nous. Alors, il faudrait des mesures qui puissent arranger les deux côtés. Et pour que cela puisse arranger les deux côtés, il faut juste une application équilibrée de la loi… et les dispositions qui sont là ; évidemment aucune loi ne lèse en ma connaissance le propriétaire, même si  beaucoup de loi sont en faveur du plus faible, qui est le locataire. Parce que quand une loi est mise en place, il faut quand-même penser à protéger les plus faibles. Et les plus faibles dans ce secteur là, ce sont les locataires.

Donc, du coup, le bailleur qui fixe des prix normaux et qui chaque fin du mois reçoit ses honoraires, mais ça ne pose aucun problème. Mais quand vous fixez des prix exorbitants, bonjour les conflits. Il faudrait que l’esprit, je dis bien l’esprit, qui avait guidé la loi de 2014 revienne. Cet esprit c’est quoi ? C’est que les loyers sont chers, les gens n’en peuvent plus aussi bien les bailleurs ; et les locataires qu’ils se mettent en tête que l’esprit, c’est pour bien faire, soulager les locataires et que les bailleurs aussi reçoivent normalement les honoraires.

Mais si chacun tire de son côté, ça risque d’exploser. C’est ce qui arrive aujourd’hui. En collaboration avec la Fédération sénégalaise des Associations de consommateurs, nous sommes en train de travailler sur des solutions. Une solution définitive que nous allons proposer aux autorités. Mais si elles veulent l’appliquer vraiment, on va tourner complètement la page de la cherté. Et çà, les autorités le savent. Un règlement,  c’est la seule chose qui puisse régler ce secteur-là. Mais, tant qu’on se contente de déclarations à gauche et à droite, de prendre des lois qu’on applique jamais, ça pose problème. »

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE) &ID

Comments are closed.