Les «droits-de-l’hommiste» exigent du Parquet de Mbour une enquête indépendante suite au décès de El Hadji Thiam, aprés une interpellation par la police

0
226

Torture ou mauvais traitement ? Encore un cas de décès d’un individu, du nom de El Hadji Thiam, après une interpellation par la Police, pollue l’atmosphère à Mbour. Des organisations de défense des droits de l’homme qui condamnent cette mort de plus en lieu de privation de libertés, incitent le Parquet de Mbour à ouvrir une enquête pour faire la lumière sur les circonstances du décès de El Hadj Thiam, suite à une interpellation par la Police.

«Nos organisations condamnent fermement le recours à la torture et aux mauvais traitements par les Forces de sécurité sénégalaises. Elles exigent l’ouverture d’une enquête indépendante pour faire la lumière sur les circonstances du décès de El hadji Thiam. Elles demandent au Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Mbour de garantir l’accès à la justice à la famille du défunt et si les accusations formulées sont avérées, de veiller à une application dissuasive de la loi», réclament-elles dans un communiqué conjoint daté d’avant-hier, mardi 02 novembre 2021 et signé la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH – Me Assane Dioma Ndiaye), la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO – Sadikh Niasse) et Amnesty International Sénégal (Seydi Gassama)

Selon le document, les faits remontent dans la dernière quinzaine du mois d’octobre. «La Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH), la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) et Amnesty International Sénégal ont été informées du décès d’une personne, du nom de El Hadji Thiam, interpellée et placée en détention par des agents du Commissariat central de Mbour, le mardi 19 octobre 2021 à 23 heures».

Et de préciser : «El Hadji Thiam a été admis à l’hôpital régional de Thiès le jeudi 21 octobre 2021. Il est décédé  dans cet établissement hospitalier le vendredi 22 octobre 2021. Le certificat médical délivré par un médecin de l’hôpital régional de Thiès fait état de lésions consécutives à plusieurs coups, et d’une incapacité totale temporaire de cent quatre-vingt (180) jours», déplorent la RADDHO, la LSDH et Amnesty International Sénégal qui relèvent que «la famille exige une autopsie sur le corps avant de procéder à son inhumation».

ID

Comments are closed.