Les gouvernements africains invités à investir dans la santé mentale

0
779

La Coalition africaine des communautés sensibles au changement climatique (ACCRCC), basée au Kenya, a souligné mercredi la nécessité pour les gouvernements africains d’investir dans des infrastructures de santé mentale afin de pouvoir s’attaquer aux cas croissants mais cachés de stress lié au climat parmi les agriculteurs et les éleveurs.

Cet appel a été lancé lors d’une réunion organisée par la Coalition africaine des communautés face au changement climatique (ACCRCC) et la Société de la Croix-Rouge du Kenya, où il a été noté que, plus que jamais, des mesures visant à aider les communautés à s’adapter aux impacts négatifs sur la santé liés au changement climatique sont nécessaires pour aider les communautés à s’adapter aux effets négatifs du changement climatique sur la santé.

Rosalid Nkirote, directrice exécutive de l’ACCRCC, a révélé que les pertes et les dommages dus aux effets du changement climatique, tels que les inondations et les sécheresses, sont à l’origine d’une augmentation des cas de dépression. « Nous voyons des agriculteurs et des éleveurs sombrer dans une grave dépression à la suite de la perte d’investissements dans les activités agricoles et l’élevage en raison de la sécheresse et des inondations », a-t-elle déclaré.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 10% de la population africaine souffre d’une maladie mentale, ce qui correspond à la moyenne mondiale. Pourtant, note l’OMS, il n’y a qu’un agent de santé mentale pour 100 000 personnes en Afrique, alors que la moyenne mondiale est de neuf pour 100.000 personnes.

En outre, la plupart des habitants des zones rurales africaines mettent en moyenne au moins une heure de marche pour se rendre dans un
établissement de santé, voire plus en fonction de la nature du réseau routier.

L’Institut de recherche médicale du Kenya note que les longues distances à parcourir jusqu’à un établissement, en particulier en l’absence de réseau routier et avec des moyens de transport limités, peuvent limiter l’accès à des interventions vitales.

Tout en saluant les efforts déployés pour développer des cultures résistantes à la sécheresse et mettre en place des systèmes d’alerte précoce en cas de catastrophe, Zachary Misiani, de la Société de la Croix-Rouge du Kenya (KRCS), a affirmé que les infrastructures de
santé mentale étaient indispensables, en particulier dans les zones rurales et pastorales, qui ont toujours été négligées.

Misiani a déclaré que le changement climatique est une menace significative et émergente pour la santé publique et qu’il pourrait s’aggraver à mesure que la planète se réchauffe, que les océans se dilatent et que le niveau de la mer augmente, que les inondations et les sécheresses deviennent plus fréquentes et plus intenses. « Cela appelle des changements dans la manière dont les sociétés envisagent de protéger les populations vulnérables, telles que les personnes souffrant de maladies chroniques ou vivant dans des zones sujettes aux
catastrophes, ainsi que dans la manière dont elles conçoivent la santé publique », a-t-il indiqué.

Il a ajouté que les gouvernements devaient impérativement disposer d’informations sur le climat pour lancer des alertes précoces afin de réduire les effets des phénomènes météorologiques extrêmes.

« Les systèmes d’alerte précoce préviennent de l’imminence d’une catastrophe, ce qui permet aux individus et aux communautés de prendre
les mesures nécessaires pour réduire les risques et se préparer à l’événement, de prendre des mesures de protection, et ainsi de sauver des vies et de réduire les dommages causés aux biens et aux infrastructures », a-t-il déclaré.

Selon Reagan Elvis Nyango, expert en santé mentale en Ouganda, une nouvelle tendance se dessine : le changement climatique compromet les progrès réalisés en matière de développement. « Mais alors que la réponse aux impacts climatiques a tendance à se concentrer sur les routes et les bâtiments endommagés, peu d’attention est accordée à l’état mental des personnes dont les moyens de subsistance ont été perdus, des personnes qui ont perdu des êtres chers ou de celles dont les maisons ont été endommagées », explique Reagan Elvis Nyango, expert en santé mentale en Ouganda.

La relation entre le changement climatique et la santé est complexe et, dans une certaine mesure, moins directe. Ces dernières années, le
changement climatique est devenu un défi social, économique, environnemental et politique auquel l’humanité est confrontée aux niveaux local, régional et mondial.

« Le changement climatique peut être l’un des acteurs indirects qui contribuent à la prévalence des troubles mentaux. Les vulnérabilités de fond qui créent les conditions d’une augmentation du risque de maladie mentale peuvent être directement ou indirectement influencées par le changement climatique », a explique le Dr Nkirote.

Les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) préviennent que le changement climatique
pourrait affecter les moyens de subsistance, la gestion des ressources, la santé et la productivité des populations, entraînant l’insécurité alimentaire, la multiplication des conflits,
l’augmentation de la pauvreté, le déplacement interne des populations et l’augmentation des crises de réfugiés lorsque les gens fuient les
zones touchées par des phénomènes climatiques extrêmes, tels que les inondations et les sécheresses.

Leave a reply