«Les Lions doivent chasser le doute », Mamadou Diallo, ancien attaquant de l’équipe nationale du Sénégal

0
691

En sortant première de la poule B avec une victoire et deux matches nuls, l’équipe du Sénégal a fait l’essentiel. Mais selon l’ancien international Mamadou Diallo, elle est loin de donner encore toute la satisfaction dans le jeu et surtout en termes d’efficacité devant le but. En perspective de la deuxième phase de la compétition, il pense que les Lions doivent chasser le doute et espérer le retour de Ismaila Sarr qu’il considère comme un pion important dans le jeu du Sénégal.


(BAFOUSSAM, Cameroun) – Avec la première place qualificative aux huitièmes de finale, l’équipe du Sénégal a fait le plus important dans la phase de groupe de la CAN. Mais en dépit de la qualification, la prestation livrée par les Lions n’aurait pas été satisfaisante selon l’ancien international Mamadou Diallo. « Ce qu’il faudra retenir et le plus important, c’était d’abord la qualification dans notre groupe. C’était important de noter que l’équipe n’a pas encaissé de but. Mais pour être honnête, on n’est pas satisfait sur le plan du jeu », souligne t-il. L’ancien attaquant des Lions, indique que les Lions sont en proie à un doute qui a fini d’handicaper leur capacité


« J’ai le sentiment que les joueurs doutent de leur capacité. C’est handicapant dans une compétition. Il faudra les galvaniser davantage. Ce n’est pas une question de jeu, de tactique mais de fighting et d’engagement. Ils doivent savoir que l’on porte un grand espoir sur eux. Je pense que le Sénégal a une équipe solide, cela n’engage que moi. Je ne parle pas comme un supporter, ni un dirigeant mais en que ancien footballeur, un ancien international qui a vécu », souligne-t-il. 


Poursuivant son analyse, il soutient que «les Lions doivent chasser le doute et retrouver plus d’efficacité ». « Il faut dire qu’on n’a jamais eu un problème pour marquer des buts quand l’équipe joue mal. Durant ces dernières années, on ne jouait pas un grand football, on n’était pas spectaculaires dans le jeu, mais on était efficaces devant les buts. Aujourd’hui, nous commençons à perdre notre efficacité.  Il s’agit de voir si c’est au niveau de la confiance. Quoiqu’il en soit, les Lions doivent chasser le doute… », soutient-il.



« Donner des signes de montée en puissance »

Dans la perspective des huitièmes de finale, Mamadou Diallo estime que le Sénégal doit vite donner des signes de montée en puissance. « Il faut que l’équipe montre des signes d’une montée en puissance. L’équipe du Sénégal tarde à monter en puissance. On ne peut pas blâmer Kalidou Koulibaly et tous ces joueurs qui étaient attendus. Sortis du Covid-19, ils mettent du temps à retrouver du rythme. Il faudra avoir plus de concentration. Car, il y a des erreurs qui ne pardonnent pas. Je note dans la défense qu’un joueur comme Abdou Diallo est très technique mais, il lui reste beaucoup en défense. C’est à l’entraîneur de voir ces aspects et de rectifier », confie t-il.

« L’absence de Ismaila Sarr nous coûte très chère »


Au regard de la première phase, Mamadou Diallo considère que l’attaque des Lions manque de profondeur. « En ce qui concerne un attaquant comme Boulaye Dia, il est très replié. Il joue comme un milieu de terrain ou un numéro 10. Il faut qu’il aille plus en profondeur comme Famara Diédhiou, quand il est rentré. Quand on n’a pas d’attaquants qui vont en profondeur, il est difficile de marquer des buts. C’est ce qui s’est passé durant toute cette première phase. On a marqué qu’un seul but et c’était sur penalty », souligne-t-il. 


Sur ce, il a souhaité vivement le retour de l’attaquant Ismaila Sarr qu’il considère comme un pion essentiel dans le dispositif d’Aliou Cissé. « L’absence de Ismaila Sarr nous coûte très chère. Je le répète, ma seule crainte avant la compétition, c’était l’absence de Ismaila Sarr. Il avait un rôle inestimable dans l’équipe du Sénégal. Si on revoit les derniers matchs des Lions, les buts étaient marqués par lui ou venaient de lui. Soit en faisant des centres ou en créant des penalties. Le joueur de Watford est donc un pion important. Il est ce qui manque aujourd’hui à l’équipe et qui est de créer le déséquilibre et centrer. C’est le joueur de rupture », relève-t-il. Avant d’ajouter: 
« il arrive dans des grandes compétitions qu’une équipe aligne trois victoires d’affilée. Mais dans les éliminatoires directes qui sont en quelques sortes des finales, elles finissent par être éliminées. En même temps, on peut trouver des équipes qui ont d’énormes difficultés mais qui se rectifient et prennent conscience de ce qui lui reste à faire. Elles peuvent retrouver leur efficacité aussi bien en 8emes de finale qu’en quarts de finale et même aller remporter la finale », a conclu l’ancien attaquant des Lions. 

A. THIAM et O. DIAW (Envoyés spéciaux au Cameroun)

Comments are closed.