« Les questions de territoire, de frontière et de souveraineté se règlent au bout du fusil», Cheikh Yérim Seck sur la rébellion en Casamance

0
391

La question de la rébellion en Casamance perdure et agace plus d’un avec des destructions et des pertes en vies humaines des forces de défense Sénégalaises. Une situation qui désappointe le journaliste écrivain, Cheikh Yérim Seck qui, à l’émission Grand jury de la Radio futurs médias de ce dimanche 20 février 2022, a esquissé la voie à suivre pour sortir de l’ornière. Se disant constant et dicté par une pensée du général Sepp Blasdisch, qui disait : « La frontière est une ligne rouge, tracée par le sang et bordée par des tombeaux », il soutiendra que « le territoire s’acquière au bout de la baïonnette. Je ne connais pas une seule rébellion en Afrique qui ai disparu au bout d’une négociation. La rébellion la plus tenace de mémoire en Afrique était celle de Jonas Savimbi, mais elle été décapité après le décès de Savimbi ».

Sous ce rapport dira-il : « Les questions de territoire, de frontière et de souveraineté se règlent au bout du fusil et non au bout des négociations ». Cheikh Yérim Seck, ancien journaliste du magazine parisien Jeune Afrique (J.A), et directeur du site dakaractu.com trouve qu’il faut que la position de la Gambie soit clarifiée.

« Nous sommes arrivés à un moment où lorsqu’un quelconque pays de notre sous-région, que ce soit la Guinée Bissau ou la Gambie menace par la conduite d’aucune sorte l’intérêt vital du Sénégal, celui-ci (Sénégal) doit afficher clairement sa position pour que nul n’en ignore », a-t-il dit sans langue de bois. En clair : ces rebelles-là, « il faut les poursuivre mêmes dans leurs derniers retranchements. S’il s’avère qu’ils sont au Palais de Gambie, il faut aller les chercher là-bas ».

Relativement au trafic du bois qui continue de plus belle, il estime que ce n’est pas sans complicité (aval) des autorités Gambiennes. Sous ce rapport, admet-il : « Il y a tout un flou autour du trafic du bois. Et la position  de la Gambie n’est pas toujours nette, contrairement à la position de la Guinée Bissau qui n’a pas la totalité du pouvoir ». Pour s’en convaincre, il martèle que tous les jours des scandales de bois éclatent, des cargaisons de bois sont découvertes.

Le présentateur de ladite émission, non moins directeur de la Rfm, Babacar Fall de s’interroger sur le niveau de complicité clamé urbi orbi entre le président Macky Sall et le président Adama Barro. Il rétorque : « Ça, c’est de la diplomatie. Et ce qui m’intéresse, c’est encore moins les fioritures diplomatiques. Ce qui m’intéresse réellement, c’est la réalité du terrain. Et la réalité du terrain, nous enseigne que le trafic du bois est la sève nourricière de la rebellions qui continue de plus belle ».

Mieux, poursuit-il : « Même la presse Sénégalaise se fait l’échos de scandales autour de la découverte de cargaisons entières qui se promènent librement en Gambie sous le regard presque indifférent des autorités Gambiennes ». Cheikh yérim Seck de conseiller : « Il faut régler chirurgicalement le problème de la Casamance ».

JEAN PIERRE MALOU 

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :