Les sages-femmes alertent sur les risques de paralysie et fermetures des maternités

0
247

Suite au décès de Mme Astou Sokhna à la maternité de Louga au mois de mars dernier, sur les six sages-femmes entendues par le procureur, les quatre ont été placées sous mandat de dépôt jusqu’au 27 avril 2022 et deux sont libérées pour des raisons de santé, les deux gynécologues sont convoqués. Pour l’association nationale des sages femmes du Sénégal qui a donné un point de presse hier, mercredi 20 avril, il n’y aura pas de soin ce jeudi 21 avril dans toutes les maternités du Sénégal.  Pour la présidente des sages-femmes, Bigué Ba Mbodji : «nous alertons donc l’opinion publique sur les risques de paralysie du système et leurs conséquences innommables qui incombent exclusivement et entièrement au ministre de la Santé et de l’Action Sociale qui, sans état d’âme, s’est substitué à la justice en condamnant lors d’une audience publique 6 sages-femmes de la plus infâme des crimes». Et de poursuivre : «sa sortie inopinée et les réactions dans les réseaux sociaux ont fait que toutes les sages-femmes partout où elles se trouvent se sentent menacées et ne jouissent d’aucune garantie sécuritaire dans l’exercice de leur travail».

A travers le point de presse, l’association nationale des sages-femmes a réaffirmé en attendant la poursuite de l’action de justice, son soutien sans réserve à leurs collègues qui selon elle, ne doivent pas être les agneaux du sacrifice car elles ne sont coupables que d’avoir fait leur travail.

«La réaction de la tutelle a surtout suscité une vindicte populaire tendant à pointer du doigt les sages-femmes qui aujourd’hui, bien qu’accusées et combattues par tous, restent toujours fidèles à leur engagement de lutter contre les décès évitables de mères et de nouveaux nés», a avancé Mme Bigué Ba Mbodji. Et de se désoler : «à tout cela, vient s’ajouter les violences faites aux sages-femmes ces dernières années où elles ont été agressées, violentées, victime de tentative de viol et menacées de mort. Autant d’actes restés sans suite de nos jours».

Face à la tournure de l’affaire Sokna Astou, les sages-femmes appellent aux bonnes consciences «pour se demander pourquoi le cas-ci doit être celui qui doit faire oublier le nombre de bébés et de mamans que la sage-femme a pu secourir et sauver avec les moyens du bord et dans des conditions très difficiles, mais surtout dans une précarité absolue».  Et de se désoler : « aujourd’hui nous voilà sans protection car nous sommes laissées à nous-mêmes suite à des témoignages fabriqués de toutes pièces. De même, après la marche de la population accusant les sages-femmes de tueur, l’urgence signalée est que toutes les maternités du district sanitaire du district de Louga sont fermées et paralysées par la grève de ces dernières. Perdues et trahies, certaines sages-femmes veulent faire une démission collective pour s’occuper de leur famille et ainsi pouvoir s’adonner à d’autres activités sans stress».

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply