Lésions cutanées des pécheurs, 14 morts lors des émeutes de mars 2021, l’incendie du service néonatal de l’hôpital Maguette Lo de Linguère, mort d’Astou Sokhna : silence, on meurt !

0
189

La maladie qui s’est déclarée chez les pêcheurs en 2020 n’a pas toujours pas livré ses secrets. Les autorités avaient pourtant annoncé d’autres tests après ceux confirmant la piste algale. Sauf que depuis lors,  il n’y a plus aucune nouvelle de ces tests. Le drame de l’ile des Madeleines en décembre 2010 n’a pas non plus  livré ses secrets.  Les résultats de l’enquête annoncée, n’ont jamais été publiés.

Des affaires souvent dramatiques éclatent, occupent les Unes des journaux, des radios et télévisions ; et puissent disparaissent. Plusieurs actualités ont tenu en haleine le pays. La maladie dermique qui avait attaqué les pêcheurs en 2020 en est un exemple.  Revenus de haute mer, ces derniers avaient des légions cutanées. Après plusieurs expertises, la version officielle n’avait pas trouvé l’origine. C’est en conférence de presse que finalement l’ancien ministre de la santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr,  avait soupçonné la piste algale.

«Jusqu’ici, l’origine de la maladie demeure inconnue, mais la piste algale est une piste qui peut être sérieuse si l’on se réfère aux résultats des premières analyses effectuées sur les algues prélevées», avait-il déclaré précisant que la même maladie a été notée au Cuba. Abdoulaye Diouf Sarr, avait aussi soutenu qu’«il faut attendre les résultats des autres tests croisés, dans les prochains jours, pour en définitive confirmer ou non cette la thèse algale».  Depuis cette date aucune suite n’a été donnée à cette affaire. Les résultats des tests annoncés ne sont toujours pas dévoilés. L’origine de la maladie reste toujours un mystère. Bien avant cela en septembre 2019, en pleine hivernage, une excursion à l’ile des Madeleines avait viré au drame.

Surpris par la pluie, quatre (4) personnes y ont perdu la vie en plus d’une trentaine de blessés. Une enquête avait été annoncée. Mais depuis alors, aucune déclaration n’a été faite sur les conclusions de celle-ci. Pis, alors que le site a été fermé après le drame, sa réouverture n’a toujours fait l’objet d’aucune déclaration officielle.

L’enquête sur les 14 morts suite à la convocation du leader du Pastef/Les Patriotes, Ousmane Sonko, suite à sa convocation dans l’affaire de Sweet beauty, n’a pas fait des pas de géants. Aucune conclusion n’est pour le moment tirée de ces évènements malheureux.  Ibrahima Mbow, mis sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Reubeuss n’a pas survécu à la mutinerie qui s’est déclarée dans la détention en septembre 2016.

Une enquête indépendante avait été promise. Mais, c’est toujours le statu quo.  Les récents événements survenus dans les hôpitaux depuis l’incendie du service néonatal de l’hopital Maguette Lô de Linguère, la mort d’Astou Sokhna à l’hopital Amadou Sakhir Mbaye à l’incendie de l’hopital Mame Abdou Aziz Sy de Tivaouane,  viennent allonger la si longue liste des drames. Même si pour ce dernier exemple, l’affaire a été vidée par la justice.

Fatou NDIAYE

Leave a reply