L’État renonce à environ 200 milliards de FCFA sur certaines les subventions de certains produits

0
495

Le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, et celui du Commerce, Aminata Assome Diatta, ont fait face à la presse hier, vendredi 25 février 2022, à Dakar. L’objet de la rencontre est d’expliquer l’impact et la qualité des efforts consentis par le gouvernement dans le but d’alléger la souffrance des ménages et également rassurer les populations quant au respect de l’application de ces mesures.  

 

Dans le budget 2022, l’Etat avait tablé le prix du baril de pétrole à 75 dollars. A ce jour, il dépasse les 100 dollars et pourrait encore connaître une hausse drastique, au regard notamment des tensions internationales, liées à l’invasion Russe de l’Ukraine. Une situation préoccupante qui vient «annihiler» les nombreux efforts consentis en subventions allouées à l’électricité pour 100 milliards de FCFA, au renoncement de la hausse des hydrocarbures pour un impact global d’environ 46 milliards de FCFA et la baisse des prix des denrées de première nécessité (l’huile, le riz brisé non parfumé, le sucre) mais aussi la subvention de 32 FCFA sur le kilogramme du riz paddy dans le but d’encourager et de soutenir la production locale de riz pour une enveloppement de 50 milliards de FCFA.

Ces importantes mesures, au bénéfice des populations, ont un impact d’environ 200 milliards de FCFA. «Nous voulons, à travers cette conférence de presse, expliquer aux Sénégalais les mesures importantes et logiques que le président Macky Sall a pris pour alléger la souffrance des ménages, liée à la conjoncture mondiale. Et l’impact de ces mesures sur le budget, en termes de mobilisation des recettes, tourne autour de 200 milliards de FCFA», a dit hier vendredi, le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, lors de cette conférence de presse, en compagnie de son homologue du Commerce, Aminata Assome Diatta. Face à la presse, ils ont expliqué l’importance des mesures prises et la qualité des efforts consentis pour soutenir les ménages à sortir de la crise sanitaire.

Revenant sur la subvention du riz paddy, le ministre du Commerce de rappeler que le chef de l’Etat s’est fixé un objectif d’autosuffisance en riz, en 2017 ; un objectif non atteint, mais qui est sur une bonne trajectoire. Donc, «il apparait légitime de soutenir le prix au producteur pour encourager la production locale du riz paddy». Car, admettra-t-elle, «nous l’avons noté, il y a 3 ans, nous n’arrivons pas à un prix consensuel sur le prix du kilogramme de paddy entre le producteur et le transformateur pour un différentiel de 32 FCFA que le président de la République a décidé de combler et, par ricochet, inciter la production locale».

Interpelé sur le respect ou le suivi de ces mesures prises par le chef de l’Etat, en Conseil des ministres tenu jeudi dernier exceptionnellement, le ministre Aminata Assome Diatta dira : «au cours des différentes concertations que nous avons eu avec les commerçants, importateurs, distributeurs et leurs associations respectives, la nécessité de respecter les prix a été longuement discutée. Et je tiens à préciser que ces prix arrêtés ont été fixés en demi-gros, comme en détail». Donc, «le problème ne se pose pas et cette question est totalement prise en charge».

A l’en croire, cette question relève du passé, puisque d’habitude, «l’Etat fixait les prix au détail parce qu’effectivement, au niveau demi-gros et détail, il y avait toujours la concurrence entre les acteurs. Mais, aujourd’hui, cette question ne se pose plus». Mieux, le ministre du Commerce fera savoir que «tout le monde est conscient de la nécessité de faire des efforts, particulièrement les acteurs, pour améliorer le pouvoir d’achat des ménages».
Enfin, elle assurera que, pour une bonne application de ces mesures, «l’accent va être mis sur la communication ; ce qui va permettre d’allier à l’application des actions idoines, pour permettre aux acteurs de respecter les règles du jeu…»

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.