L’extrême droite a pris la tête des élections françaises : Mais former un gouvernement reste un défi de taille

0
479

Les sondages à la sortie des urnes après le premier tour des élections législatives françaises indiquent que le parti d’extrême droite Rassemblement national est en tête avec environ 34% des voix. Le Nouveau Front populaire (une coalition de partis d’extrême gauche à gauche modérée) était deuxième avec environ 28 % et la coalition centriste du président Emmanuel Macron était loin derrière avec environ 20 %.

C’est de loin le plus grand nombre de voix que l’extrême droite ait reçu aux élections législatives depuis la Seconde Guerre mondiale.

Bien que le Rassemblement national ait été en tête après le premier tour, des alliances sont susceptibles de fusionner entre les partis politiques de gauche, centriste et de droite modérée cette semaine pour former un front uni contre les candidats d’extrême droite dans la plupart des électorats au second tour.

Cela rendrait probablement très difficile pour la dirigeante du Rassemblement national, Marine Le Pen, et le président Jordan Bardella d’obtenir suffisamment de sièges à l’Assemblée nationale dimanche prochain pour remporter une majorité absolue.

Ce deuxième tour – et le plus crucial – des élections anticipées déterminera si la France a un gouvernement d’extrême droite, un gouvernement d’extrême gauche ou un gouvernement de modérés unis contre des factions extrêmes aux deux extrémités du spectre politique.

Bien que la troisième solution semble plus plausible que les deux autres, elle ne garantit peut-être pas encore la stabilité politique. Les coalitions diverses n’ont pas de solides antécédents de gouvernement stable en France.

Que se passe-t-il maintenant ?

Bien que le Rassemblement national ait mené après le premier tour, il est peu probable qu’il soit en mesure de former un gouvernement à lui seul. La raison : sa capacité à attirer plus d’électeurs dans les prochains jours est limitée. Cela a été un problème récurrent pour l’extrême droite au second tour des élections précédentes.

Seuls 67 % des électeurs français ont voté le 30 juin. Bien que ce soit un taux de participation élevé au premier tour d’une élection législative au cours des deux dernières décennies, cela signifie également que des millions de Français pourraient encore faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre dans leur électorat dimanche prochain.

Compte tenu de l’expérience traumatisante de la Seconde Guerre mondiale en France et de la collaboration de son gouvernement d’extrême droite de Vichy avec les nazis, certains Français qui n’ont pas voté au premier tour pourraient bien se rendre aux urnes dimanche prochain pour empêcher l’extrême droite de gagner.

Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées dimanche pour manifester contre l’extrême droite, ce qui laisse présager un électorat très mobilisé.

Plus important encore, les partis politiques de gauche, centristes et de droite modérée tenteront probablement de forger des alliances au niveau local pour empêcher l’élection de députés d’extrême droite.

C’est comme ça que ça marcherait. Si aucun candidat n’obtient la majorité absolue dans une course, les candidats ayant obtenu les deux plus grandes parts de voix passent au second tour, ainsi que toute autre personne ayant obtenu au moins 12,5 % des voix.

Ainsi, les dirigeants de l’alliance du Nouveau Front populaire et de l’alliance de Macron vont maintenant exhorter leurs candidats à se retirer des courses où ils se sont classés troisièmes, afin qu’ils puissent se regrouper derrière un candidat contre l’extrême droite.

Les dirigeants de ces partis ont encore de fortes divisions, mais comme l’a dit Raphaël Glucksmann, le chef des socialistes de centre-gauche :

Nous devons nous unir, nous devons voter pour notre démocratie, nous devons empêcher la France de sombrer.

Outre Gluncksmann, des politiciens aussi divers que Marine Tondelier (les Verts), l’ancien Premier ministre Edouard Philippe (droite modérée), François Bayrou (centre), l’actuel Premier ministre Gabriel Attal (du propre parti de Macron) et bien d’autres ont appelé à la création d’un « Front républicain » pour vaincre le Rassemblement national dans l’heure qui a suivi la publication des sondages de sortie des urnes du premier tour.

Si cette stratégie a été couronnée de succès lors des précédentes élections contre l’extrême droite – et pourrait fonctionner à nouveau – cela ne signifie pas nécessairement que la France se retrouvera avec un gouvernement fort et uni lorsque tout sera terminé.

Eurasia Group, une société d’analyse des risques, a déclaré qu’il était peu probable que le Rassemblement national remporte une majorité absolue à l’Assemblée nationale. Le directeur général du groupe, Mujtaba Rahman, a déclaré que cela signifie que la France se dirige vers :

impasse et confusion avec une Assemblée nationale irréconciliablement bloquée.

Les jours à venir vont être extraordinaires pour la politique française car des alliances seront conclues (et peut-être certaines brisées). Les Français, quant à eux, retiendront leur souffle et réfléchiront à ce que tout cela signifie pour l’avenir de leur pays.

Leave a reply