Libye : Le laxisme et l’inaction complice des pays d’Afrique Subsaharienne, contre la maltraitance des migrants, décriés

0
190

Ils sont plus de 3000 à l’intérieur et près de 2000 migrants d’Afrique Subsaharienne à l’extérieur à être détenus dans les centre de détention d’une capacité de 1000 personnes en Libye. «Ces migrants d’Afrique Subsaharienne dont des femmes et des enfants, la majorité ayant leurs papiers en règles, sont détenus arbitrairement dans ces centres», dénonce Action pour les droits humains et l’amitié (ADHA), qui se dit préoccupée par le laxisme des pays d’Afrique Subsaharienne face à cette situation, dans un communiqué.

C’est une situation très alarmante que vivent de milliers de migrants d’Afrique Subsaharienne dans les centres de détention de Tripoli, en Libye. «Depuis un certain temps, nos sources ont fait état de la détention de milliers de migrants d’Afrique Subsaharienne dans les centres de détentions à Tripoli. Ces migrants d’Afrique Subsaharienne dont des femmes et des enfants, la majorité ayant leurs papiers en règles, sont détenus arbitrairement dans ces centres. Ils sont soumis à toutes sortes de violences, de tortures et traitements dégradants», s’alarme Action pour les droits humains et l’amitié (ADHA).

Dans un communiqué parvenu à notre Rédaction hier, ADHA relève que «ces centres de détention d’une capacité de 1000 détenus, sont  remplis de plus de 3000 migrants à l’intérieur et près de  2000 à l’extérieur». Ainsi, «ne pouvant plus supporter ces traitements inhumains et insensés, certains migrants se sont révoltés et 06 d’entre eux ont été froidement abattus par balles au centre de détentions d’AL Mabani à Tripoli, le 8 octobre dernier, chiffres et faits confirmés par OIM (Organisation internationale pour les migrations, ndlr)», indique-t-on dans le même document, qui rappelle par ailleurs que «depuis la fermeture du centre du HCR à Tripoli, le 4 octobre dernier, l’inquiétude s’est accentuée chez les migrants en raison des arrestations arbitraires massives dans la capitale libyenne, sous l’œil complice des autorités étatiques et de certaines organisations internationales qui se disent impuissantes face à cette situation chaotique».

Suffisant pour que ADHA dénonce «ces traitements inhumains appliqués à ces migrants qui, avant tout, sont des humains et doivent être traités avec le maximum d’égard, comme le stipule les Conventions et Textes internationaux ; même en guerre les prisonniers sont bien traités», souligne-t-on.

Leave a reply