«L’industrie du tabac ne rapporte rien à l’Etat », Amadou Moustapha Gaye, président de la Ligue sénégalaise contre le tabac

0
399

Les retombées économiques de l’industrie du tabac dans le budget de l’Etat sont insignifiantes comparativement aux dépenses liées aux maladies du tabac. D’où la récrimination de Amadou Moustapha Gaye, président de la Ligue Sénégalaise contre le tabac. Il l’a soutenu  lors de la cérémonie de présentation du livre : « Utilisation de données probantes dans les politiques publiques et dans la pratique : Leçons d’Afrique », à la maison d’Edition Harmattan.   

La commercialisation des produits du tabac dans les pays pauvres prend des proportions inquiétantes et les dégâts désastreux sont incommensurables. Pendant ce temps, rien de concret n’est fait pour stopper l’industrie du tabac. Mercredi dernier, lors de la cérémonie de lancement et de dédicace du livre intitulé : « Utilisation de données probantes dans les politiques et dans la pratique ; Leçons d’Afrique », édité par le Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres), en rapport au chapitre 12 abordant l’utilisation des données probantes dans la lutte antitabac, le président de la Ligue Sénégalaise contre le tabac, Amadou Moustapha Gaye, dit n’avoir pas compris jusqu’ici pourquoi l’Etat cautionne l’industrie du tabac.

« Nous savions que le tabac n’a ni d’intérêt pour l’Etat ni pour les populations », fait-il remarquer. « Si nous prenons le cas du Sénégal, l’industrie tabac verse annuellement moins de 30 milliards sur plus de 100 milliards de chiffre d’affaires. Ceci ne représente absolument rien si l’on compare cette contribution dans le budget de l’Etat alors que celui-ci (Etat) dépense à hauteur de 100 milliards chaque année pour les maladies du tabac », regrette-t-il.

Pour lui : « Ces maladies liées au tabac sont très chères et nos Etats ne sont pas en mesure de les prendre en charge. Donc, de ce point de vue, la présence de l’industrie du tabac ne se justifie pas ». Partant de ce fait, dira-t-il : « Nos Etats devraient être conscients de cela et protéger davantage les populations ». Comparativement, en Europe cite-t-il en exemple : « Les lois sont votées et appliquées. Mais, en Afrique, ces sont les firmes qui nous imposent leurs propres lois. A défaut, nos lois sont votées mais jamais observées », s’en désole le président de la Listab.

Le chapitre 12 du livre contextualise l’étude en montrant que la lutte antitabac est une priorité de santé publique mondiale. Selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms 2015), « le tabagisme tue plus de cinq millions de personnes par an dans le monde. Si rien n’est fait, d’ici 2030, le nombre de décès liés au tabac doublera chaque année et plus de 40% de ces pertes humaines se produiront dans les pays en développement ».

Selon les chercheurs du Cres, des politiques de lutte antitabac énergiques entraînent une baisse de la consommation dans les pays développés. Et cela conduit à une intensification de la commercialisation du tabac dans les pays pauvres, déplaçant le fardeau futur de la mortalité et de la morbidité liés au tabac vers les pays en développement. Relativement au livre, il montre comment les gouvernements en Afrique peuvent utiliser des données scientifiques probantes pour améliorer leurs politiques et programmes de manière à réaliser des changements positifs pour leurs citoyens. En clair, ce livre fait une synthèse de données recueillies dans une large gamme de contexte auprès des décideurs et des chercheurs et fait le point sur les bonnes pratiques et les dysfonctionnements en expliquant les causes ceux-ci.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply