Litige foncier dans la commune de Sangalkam : Les producteurs accusent, Oumar Gueye recadre, le village n’en démord pas

0
700

Le site où est implanté présentement la Fédération des producteurs maraichers de la zone des Niayes (FPMN), dans la commune de Sangalkam, département de Rufisque, fait l’objet d’une convoitise sans précédent. Si du côté des maraichers, par la voix de leur président Ibrahima Mbengue, l’on accuse le maire Oumar Gueye de jouer sur ses rapports avec l’État pour récupérer le lopin de terre de 6 ha qui leur a été confié par l’État sur la base d’un contrat, le mis en cause non moins Ministre porte-parole du gouvernement précise qu’il est question d’un projet de la collectivité visant à délocaliser ladite fédération pour en faire une gare routière et un centre artisanal. Du côté des populations, plus précisément le chef de village de Sangalkam, Soukeu Diouf, l’on persiste à affirmer que les populations récupéreront vaille que vaille cet espace.

Va-t-on un jour revivre à un « Sangalkam bis », du nom de l’affaire qui avait défrayé la chronique en mai 2011, avec notamment la mort de Malick Ba, suite à une manifestation des jeunes de la Communauté rurale contre le découpage administratif de la localité, décidé par le régime libéral ? Le moins que le puisse dire, même si pour le moment, les acteurs autour du problème foncier qui entoure le site de 6 ha, où se trouve la Fédération des producteurs maraichers de la zone des Niayes (FPMN), disent suivre la procédure administrative qui sied pour tenter de récupérer et/ou de garder ledit espace, il n’en demeure pas moins que tous ont les yeux rivés sur le site. 

Rencontré au niveau dudit terrain abritant leur siège, le président de la FPMN, Ibrahima Mbengue précise d’emblée que l’espace appartient à l’État du Sénégal qui y a construit des infrastructures, à savoir le mur de clôture, ainsi que des chambres froides d’une capacité de 240 tonnes.

« Après la construction de ces infrastructures, l’État s’est désengagé pour le confier à des privés. C’est ainsi que le ministre des finances a lancé l’appel d’offre. Nous nous sommes procurés le cahier de charge pour soumissionner et gagner. C’est ainsi que le site nous a été donné par l’État sous contrat », rappelle Ibrahima Mbengue qui déplore les agissements du maire de la collectivité.

«Mais, un beau jour, l’actuel maire de Sangalkam, Oumar Gueye nous a dit que nous devons quitter le site. Nous avons demandé les raisons de cette décision. Cela a démarré depuis l’avènement de Pape Abdoulaye Seck, ministre de l’Agriculture qui avait refusé. Avec l’actuel ministre de l’agriculture (Moussa Baldé), il est revenu à la charge et nous lui avons opposé un refus », se désole le président de la FPMN.

Ne s’en limitant pas là, le patron des agriculteurs dans la zone des Niayes informe que l’actuel Ministre porte-parole du gouvernement a une fois fait venir ses bulldozers pour faire tomber les murs du site, sous le prétexte qu’ils étaient les siens. Pis, enfonce-t-il le clou, il accuse le maire de Sangalkam d’avoir bloquer les travaux de construction de « Keur Baykat Yi » (Maison des agriculteurs) alléguant d’une absence de titre foncier.

Un blocage de l’ensemble des initiatives de la fédération, à savoir la construction de « Keur Baykat Yi », le projet de construction d’une chambre froide d’une capacité de stockage de 15.000 tonnes, sans oublier cette tentative de récupérer le site, appréciées comme un abus de pouvoir par M. Mbengue.

« C’est parce que Oumar Gueye est au pouvoir. C’est pour cela qu’ils lui laissent faire », s’est-il offusqué, tout en informant que le dossier serait en instruction au niveau des services de l’urbanisme.

OUMAR GUEYE PARLE DE DÉLOCALISATION POUR UN PROJET DE LA COLLECTIVITÉ

De son côté, le Ministre maire a tenu à faire quelques précisions sur les allégations du président de la FPMN. Retrouvé dans son fief à Sanglkam, plus précisément au niveau du siège de leur parti, Oumar Gueye informe qu’en réalité, la collectivité est partie d’un constat.

«Je pense que l’évolution de la zone fait qu’aujourd’hui, Sangalkam s’est beaucoup agrandit. Sanglakam n’a pas de gare routière. Sangalkam n’a pas de centre commercial. Sangalkam n’a pas de centre pour l’artisanat. Si vous vous promenez à l’intérieur du village, les rues sont occupées par les artisans : par des mécaniciens, par des tôliers, par des menuisiers, etc », fait-il la cartographie de sa commune, tout en estimant qu’il fallait vaille que vaille trouver un espace pour tout réorganiser, afin de permettre à ces derniers de continuer à exercer leurs métiers sans encombrer.

« Quand on a regardé l’environnement, on a vu qu’il n’y a que cet espace-là (siège de la FPMN) qui nous permettrait d’avoir ces infrastructures. On ne demande pas ces espaces pour en faire des maisons ou des lotissements. Mais, il y a un besoin pressant, depuis plusieurs années pour pouvoir avoir ce minimum : une gare routière, un espace dédié aux artisants, etc », fait-il constater.  

Mieux, le Ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires, Porte-Parole du Gouvernement, explique que l’idée n’est pas leur prendre le site.

« Le problème, ce n’est pas de prendre, mais c’est plutôt de délocaliser. On ne prendra pas. C’est de les délocaliser et l’espace pour délocaliser existe. L’État même pourrait les aider à s’implanter en termes d’eau, d’intrants, etc. Mais, ce besoin crucial, il n’y a que cet espace qui peut le régler», a-t-il indiqué, allant même jusqu’à confier que personnellement, il va accompagner les producteurs au niveau du Domaine agricole communautaire (DAC) de Sangalkam, grand de 500 ha, qui pourrait accueillir la fédération.

Ainsi donc, à l’image du président de la FPMN, le maire de Sangalkam qui dit avoir écrit et demandé à l’État de rétrocéder ledit terrain à la collectivité, informe attendre le dossier qui « suit son cours », non sans assurer que la commune a un projet «noble» à cet endroit pour les populations.

LES POPULATIONS TIENNENT TOUJOURS À CET ESPACE

A noter, par ailleurs que la mairie et la municipalité ne sont pas les seuls acteurs autour de ce dossier qui ne date pas d’aujourd’hui. En effet, le village de Sangalkam, ou plutôt le chef de village, Soukeu Diouf  est catégorique.

« C’est nous qui avons demandé à ce qu’on nous restitue cette surface que la population a besoin. La population a besoin de ce site pour des investissements sur place », dira d’emblée M. Diouf qui revient sur « l’illégitimité » de la FPMN sur cet emplacement.

En effet convoquant l’histoire, Soukeu Diouf renseigne que la fédération a occupé ledit site sous le magistère de Me Wade, sur la base d’un contrat de 10 ans.

« C’est en 2002, avec le président Abdoulaye Wade. En ce moment, il y avait Pape Diouf Ministre de l’Agriculture, qui a fait un contrat avec la fédération. Mais, un contrat de 10 ans. Le contrat est caduque, mais il s’entête aujourd’hui pour rester sur place », estime M. Diouf qui a tenu à avertir.

« Nous avons fait 2 marches pour le réclamer. Malheureusement, ils nous ont amené des gendarmes ici. Mais, le maire nous a dit, «ne faites rien, parce qu’il y a un antécédent ». Vous vous souvenez de l’affaire Malick Ba ? Il nous a dit qu’on va passer par la voie hiérarchique pour le récupérer. Mais les populations, aujourd’hui, veulent récupérer ça. J’ignore comment, mais ils vont le faire», a-t-il conclu.

Une affaire qui mériterait, au regard de la convoitise notée autour de cet espace, une attention particulière et une diligence de la part du chef de l’État, Macky Sall.

A noter que l’intégralité du dossier vidéo est publiée, ce jour vendredi 31 décembre 202, sur le site sudquotidien.sn.

JEAN MICHEL DIATTA

Comments are closed.