Loi d’amnistie pour Karim Wade : Mimi Touré dit niet

0
345

La volonté affichée par le Chef de l’Etat, lors du Conseil des ministres de mercredi dernier, de faire voter une loi d’amnistie pour les responsables politiques ayant perdu leur droit de vote, n’est pas partagée par son ex-Premier ministre Aminata Touré. Dans un entretien largement relayé par la presse, la tête de liste de Benno aux dernières élections législatives a affiché son refus catégorique contre une telle loi. « Si elle passe à l’Assemblée nationale, je vote contre… », a dit sans fioritures Mimi Touré qui était l’invitée de Rfi.

L’ancien Premier ministre du Sénégal et tête de liste nationale de la coalition au pouvoir, lors des Législatives de juillet dernier, est formelle : elle ne votera pas la loi d’amnistie annoncée par le chef de l’Etat Macky Sall. Aminata Touré qui faisait partie des personnages politiques que l’on attendait probablement le plus sur la question de l’amnistie de l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall et surtout, celle de Karim Wade qui l’a vue notamment déclencher le dossier en tant que ministre de la Justice, Garde des Sceaux d’alors, rame ainsi à contrecourant de la volonté affichée par le pouvoir en place de résorber les cas Karim Wade et Khalifa Sall, sous prétexte de facilitation du dialogue politique.

Invitée de Rfi, la désormais députée non-inscrite, en bisbilles avec la coalition au pouvoir depuis sa non installation au perchoir, n’a pas hésité à donner une position tranchée sur la question de l’amnistie qui fait débat depuis deux jours après l’avis favorable du président de la République de revoir la formule rendant leur droit de participer aux élections aux principaux leaders de l’opposition qui en avait été déchus. « Comme président de l’Assemblée nationale, une telle loi ne répondrait pas à mes critères d’éthique. D’ailleurs, je me désole du système judiciaire car le droit a été dit et cela par contre semble être une combinaison, pour ne pas dire un deal politique », a déploré l’ancien ministre de la Justice au cours d’un entretien avec Rfi où elle rappelle l’ambiguïté d’une loi d’amnistie qui vise des faits.

Celle qui fut également ancienne présidente du Conseil économique social et environnemental est restée catégorique dans sa position, en tant que députée, de faire fi à cette loi, qu’elle estime inopportune. « Si elle vient à l’Assemblée nationale, je ne la voterai pas. Je considère qu’à 15 mois de l’élection présidentielle, une loi d’amnistie qui se fait aux dépens de la bonne gouvernance et de la gestion des deniers publics, je m’en désole », a dit sans ambages la tête de liste de Benno aux dernières élections législatives, où le pouvoir était arrivée au coude-à-coude avec l’opposition avant le ralliement de Pape Diop de Bokk Gis Gis Ligueye à la mouvance parlementaire au pouvoir.

M D

Leave a reply