Lutte contre la criminalité organisée : De la nécessité d’un renforcement de la collaboration entre Fds et populations

0
104

Une collaboration entre les Forces de défense et de sécurité (Fds) et les populations, d’un côté, et entre les Etats, de l’autre, est nécessaire dans la lutte contre la criminalité. A l’ouverture hier, mardi 28 octobre 2021, d’une conférence sur la Sécurité collaborative, l’ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi et le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome ont insisté sur la nécessité d’aller dans ce sens.

Une conférence sur la Sécurité collaborative est ouverte à Dakar hier, mardi 26 octobre 2021. Initiée en collaboration avec l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique (USA) au Sénégal, elle vise à renforcer le partenariat entre les populations et les Forces de défense et de sécurité (Fds). «Dans le contexte actuel des grandes mutations socio-politiques sur le plan global et à l’échelle régionale, marqué par des menaces multiformes et multidimensionnelles, les défis sécuritaires notamment la grande criminalité et le terrorisme apparaissent comme l’un des problèmes les plus sérieux des démocraties modernes comme le Sénégal contre lequel une lutte efficace ne peut être envisagée que de manière exhaustive et inclusive», a dit l’ambassadeur Tulinabo Mushingi.

Il ajoute ainsi qu’à travers la conférence, «les USA s’intéressent non seulement à la sécurité intérieure mais également à toutes les actions de prévention et de gestion de crise et des conflits dans les communautés, du renforcement de capacité et de partenariat entre les services de sécurité et les populations, qu’elles servent pour renforcer la sécurité humaine et répondre aux problèmes de sécurité selon une approche centrée sur le citoyen». Ce qui permet, à son avis, «de transformer les relations et perceptions entre citoyens et force de sécurité». 

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome, juge que «le Sénégal fera face à toute sorte de délinquance telle que le trafic de drogue qui connait de nouvelles mutations dans ses modes opératoires, à la cybercriminalité, la traite des personnes, la criminalité transfrontalière et au terrorismeIl est louable, estime-t-il, de mobiliser toutes les bonnes volontés car le monde fait face à des défis multidimensionnels et ceux relatifs à la sécurité en sont les plus importants». Cette mobilisation est importante, car précise-t-il, «la criminalité transfrontalière organisée n’épargne aucun pays ; d’où la responsabilité commune des Etats de créer des mécanismes de coopération, d’échange d’expérience et de partage des bonnes pratiques».

Fatou NDIAYE

Comments are closed.