Lutte contre l’émigration clandestine : 542 personnes interpelées, dont 72 déférées au parquet depuis le début de l’année

0
279

Malgré les actions de surveillance menées sur les côtes sénégalaises pour dissuader, les départs de pirogues vers l’archipel espagnol des Canaries se multiplient depuis le Sénégal. En effet, selon les statistiques qui nous parviennent de la division nationale de lutte contre les trafics de migrants et pratiques assimilées, 542 personnes ont été interpelées dont 72 déférées au parquet depuis le début de l’année. Des résultats satisfaisants selon le chef de la division cette unité, commissaire Boun Khatab Gueye.

Les départs en pirogue pour gagner les Canaries depuis la côte sénégalaise ne faiblit toujours pas, ce malgré les opérations de surveillance menées quotidiennement pour en dissuader. Les statistiques partagées par la direction nationale de lutte contre le trafic de migrants et pratiques assimilées sont édifiantes. « Nous avons eu à interpeller cette année 542 personnes et sur ces 542 il a été procédé au déferrement devant le parquet soit à Dakar ou dans les autres régions de 72 personnes pour les attraire devant le tribunal », a informé le Commissaire Omar Boun Khatab Gueye, chef de la division nationale de lutte contre le trafic de migrants et pratiques assimilées.

D’après le chef de la division nationale de lutte contre le trafic de migrants et pratiques assimilées, « Ces personnes-là, sont issues de 35 embarcations qui devaient quitter ici vers les Iles Canari dont les départs ont été déjoués de manière précoce parce que notre action opération, est une action proactive qui permet de déjouer de manière assez précoce toute tentative de migration clandestine à partir de nos côtes. ».

Le Commissaire Omar Boun Khatab Gueye a par ailleurs, renseigné qu’« Il y a aussi des personnes interpellées qui sont issues effectivement des interceptions de la Marine, comme vous le savez nous travaillons en étroite collaboration avec la Marine dans le cadre d’échange d’informations, de renseignements, dans le cadre également opérationnel puisque lorsque nous nous ne pouvons pas accéder au large en plein mer, on donne l’information à la Marine qui procède à l’interpellation et en retour en mettant à notre disposition ce qui nous permet de démanteler ces réseaux qui issus des pirogues interceptées », a-t-il précisé.

Interpelé enfin sur la question des pirogues disparues comme c’est le cas depuis dix jours, dira-t-il, « On essaie en tout cas d’avoir le maximum d’informations qui va nous permettre d’être le relai pour d’éventuels sauveteurs que ce soit au niveau national comme international. »

Ousmane GOUDIABY

 

Leave a reply