Lutte contre les incendies dans les marches : des décisions restées dans les tiroirs

0
494

Les incendies des marchés sont fréquents au Sénégal. Pour faire face au fléau, le gouvernement avait annoncé des mesures pour lutter contre les incendies dans ces établissements marchands. C’était à un moment où le phénomène avait pris de l’ampleur et était devenu inquiétant notamment en 2019. Depuis lors, certaines décisions ne sont pas exécutées. 

La «Salle de Vente» du marché de Sandaga a pris feu mardi dernier. Un incendie d’une rare violence a ravagé ce plus grand centre commercial à ciel ouvert de Dakar, situé en plein centre-ville sur l’avenue du président Lamine Guèye, débordant sur les rues Escarfait et Robert Brue, où «goorgoorlu» pouvait s’équiper en matériels électroniques, électroménagers, meubles d’occasion et autres équipements hi-tech, à bas prix. Le feu y a tout ravagé et causé des dégâts estimés à plusieurs dizaines de millions de FCFA. Les éléments des Sapeurs-pompiers, sur place, avaient du mal à circonscrire les flammes, faute de points et voies d’accès et à cause de problèmes d’accès à l’eau. La cause du sinistre reste pour le moment inconnue, une enquête est ouverte.

Ce sinistre n’est que le dernier en date car, les incendies de marchés ne sont pas un fait nouveau au Sénégal, surtout dans les grandes villes. Au contraire, ils sont récurrents. En 2019, beaucoup de marchés avaient pris feu dans les régions de Dakar, Diourbel, Kaolack, etc. nécessitant une intervention des autorités. Déjà, des cantines à la gare routière de Petersen, transformée en marché, avaient été ravagées par les flammes en septembre 2018. Environ 400 cantines avaient été consumées, avant que, le vendredi 15 mars 2019, le même marché ne prenne à nouveau feu.

Le 20 mars de la même année, au terme d’un Conseil interministériel, plusieurs décisions avaient été prises. Il s’agissait, entre autre, de mettre sur place un programme d’installation de bouches d’incendie dans les marchés. Ceci pour faciliter l’intervention des Sapeurs-pompiers.  Pour ce faire,  un budget de 300 millions avait été prévu. Une évaluation des dégâts causés par les incendies des marchés Ocass (Touba), Petersen (Dakar), entre autres, était soulevée. Le choix du gouvernement était également de moderniser les marchés. A cette date,  la demande était aussi l’accélération du Programme de modernisation de marchés comme Sandaga et Petersen.

L’ancien ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Aly Ngouille Ndiaye, avait déploré, à l’époque, l’anarchie qui sévit dans ces lieux de commerce. En visite à Petersen, après l’incendie de septembre 2018, il avait dit : «nous avons certes une part de responsabilité au niveau de l’Etat. Mais, les commerçants aussi ont une part de responsabilité. Parce qu’on ne peut pas, aujourd’hui, dans n’importe quelles conditions, exercer une activité. Il faut aussi que ces gens-là acceptent que l’activité de commerce doit être exercée dans des endroits qui obéissent à une certaines réglementation».

Aly Ngouille Ndiaye avait aussi estimé que «ce qui s’est passé doit nous pousser à revoir l’organisation autour des marchés, pour éliminer les causes d’incendies. A côté de cela, on va peut-être avoir un autre chantier, avec les collectivités locales, pour voir comment est-ce qu’on peut restructurer tous ces marchés pour au moins, quand ce genre de sinistre arrive, pouvoir rapidement le maîtriser».

Depuis ces annonces,  des actions comme le déguerpissement et la destruction du bâtiment le Soudanais du marché Sandaga ont été initiées. Mais, le problème reste entier.  Les restrictions dues à la pandémie de la Covid-19 avaient permis une certaine organisation des lieux de commerces. Mais ces initiatives n’ont pas dépassé les moments d’inquiétudes causés par la présence de la maladie. Les marchés continuent d’être des zones de brassages, sans une règlementation particulière.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.