Maïrame Diallo, maire autodidacte et femme au foyer dans le Goudiry profond

0
965

(APS) – Maïrame Diallo, 55 ans, doit à son engagement politique et social d’avoir été portée à la tête de la mairie de Sinthiou Bocar Aly, une commune rurale lovée dans les profondeurs de Goudiry, un des trois département de la région de Tambacounda (est).

La maire de Sinthiou Bocar Aly est l’une des rares élues ayant siégé au conseil rural de cette collectivité territoriale, avant la mise en œuvre de l’acte 3 de la décentralisation qui a consacré la communalisation universelle.
Sa situation de femme au foyer et d’autodidacte n’a jamais été un obstacle aux ambitions politiques de cette responsable de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir) qui a longtemps milité au sein du Parti démocratique sénégalais de l’ancien président Abdoulaye Wade (2002-2012).
La maire de Sinthiou Bocar Aly est l’une des rares élues au conseil rural de cette collectivité territoriale, avant la mise en œuvre de l’acte 3 de la décentralisation qui a consacré la communalisation universelle.
D’abord conseillère rurale à partir de 2009, elle est devenue conseillère municipale à la faveur du scrutin municipal de 2022, avant d’être propulsée comme première adjointe au maire de Samba Wéyo Diallo, décédé le 31 juillet dernier.  Des circonstances malheureuses qui ont favorisé son arrivée à la tête de la mairie, d’abord comme intérimaire, avant d’être confirmée par le bureau municipal qu’elle dirige désormais.

Les conseillers, considérant que Maïrame avait le profil idéal pour diriger la commune de Sinthiou Bocar Aly et assurer la continuité compte tenu de sa proximité avec le défunt maire, avaient tous porté leur choix sur elle.

« Samba a été un maire et un collaborateur qui m’a beaucoup soutenue d’abord en tant que femme, ensuite en tant qu’élue et conseillère communale », rappelle-t-elle au sujet de son prédécesseur pour qui elle continue de prier.

De l’actuelle maire, le secrétaire municipal de Sinthiou Bocar Aly, Cheikh Oumar Ba, témoigne : « Son engagement, sa générosité et son ouverture d’esprit  ont fait que l’ancien maire a porté sa candidature pour qu’elle devienne conseillère départementale ».

Le 9 septembre 2022, elle a donc été portée à la tête de cette commune rurale située dans l’arrondissement de Koulor, et donc plus proche de la région de Matam que de Tambacounda, la capitale régionale. Ce qui accentue la situation d’enclavement de cette commune pas raccordée au réseau électrique et dont le réseau de téléphonie est très instable.

Plus que tout, c’est le problème de l’état civil qui constitue la principale préoccupation de la maire. « Les gens marchaient jusqu’à Goudiry pour obtenir des pièces d’état civil. Aujourd’hui, nous avons un agent municipal qui s’occupe de cette question et nous enregistrons moins d’enfants sans extrait de naissance, même si nous notons  quelques difficultés liées à l’enclavement », renseigne Idy Diongue, un proche de la mairesse.

L’édile ne compte plus les chantiers engagés et se fixe comme objectif de désenclaver sa commune et d’achever les travaux de construction du forage entamés depuis 2018. « Mon combat politique, répète-t-elle, c’est faire en sorte que ma commune soit désenclavée et que le forage en construction depuis 2018 soit achevé ».

En plus de ses fonctions politiques, Maïrame Diallo est connue pour son engagement social pour l’amélioration des conditions de vie des populations. Depuis 2005, elle continue de leur venir en aide par le biais de diverses activités, selon le secrétaire municipal. Elle a par exemple mis sur pied la première association de femmes du village regroupant plus de 100 membres. Maïrame a aussi été la première responsable de la case de santé de Sinthiou Bocar Aly.

La maire est entourée d’affection par ses administrés qui la décrivent comme une femme affable, rarement en colère, toujours à l’écoute, prête à aider et à partager ses biens avec les autres.

La native de Salalatou, un village voisin de Sinthiou Bocar Aly, est réputée pour les bonnes relations qu’elle a toujours entretenues avec les habitants de sa commune, bien avant son élection. « Personne n’a rien à lui reprocher et nous reconnaissons ses compétences. C’est pourquoi sa candidature à la tête de la commune a été plébiscitée », témoigne Hadji Diao, un conseiller municipal.

Demba Diallo, le président des éleveurs de la commune, dit de Maïrame qu’elle est « courtoise » et « généreuse », des qualités reconnus par ses amies d’enfance en premier, à l’image de Bineta Diallo.

« Elle est travailleuse, cherche toujours à comprendre pour avancer, mais elle est surtout véridique et honnête avec ses collaborateurs et les populations », confie le deuxième adjoint au maire, Hama Dia.

« Mon désir et ma motivation sont de satisfaire les besoins des administrés », répond la quinquagénaire, trouvée dans la grande salle de délibération de la commune, majestueusement drapée dans un grand boubou « getzner » de couleur bleue foncée, décoré de pointillés difformes et brillants, crépitant au moindre de ses mouvements.

La mairesse jure être définitivement déterminée à faire son possible pour apporter des solutions aux problèmes de ses administrés, estimant que beaucoup de choses doivent encore être réalisées dans sa commune en termes d’infrastructures sociales de base.

Leave a reply