Mali : Le Sénégal en alerte et déplore la position malienne

0
256

«Nous avons beaucoup d’inquiétudes sur le Mali. C’est d’abord ce pays, puis le Sénégal et plus loin c’est la sous-région et tout le Sahel. Toutes les semaines, nous suivons la situation au Mali de façon précise. C’est ce que nous faisons aussi pour toute la sous-région. Ce qui se passe au Mali a des répercussions immédiates quasi-directes sur le Sénégal». L’inquiétude est du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall. Elle s’est prononcée hier, jeudi 7 octobre 2021, à la cérémonie de lancement du 7ème Forum de Dakar sur la paix et la sécurité. 

Par ailleurs, elle s’est dite préoccupée par le différend entre le Mali et la France qui motiverait le départ des troupes françaises des terres maliennes.  «Il y a une vive préoccupation.  Quand ces récents évènements sont arrivés au Mali, nous avons écouté les autorités maliennes. Elles ont exprimé le droit à leur souveraineté sécuritaire. C’est une décision que nous comprenons. Mais, ce que nous disons, en tant que Sénégalais, est que la sécurité doit être un élément partagé. Les stratégies sécuritaires doivent être ce que nous avons arrêté de façon consensuelle. La chose que nous déplorons, tout en respectant leur volonté d’avoir leur souveraineté sécuritaire, c’est que nous n’ayons pas discuté. Quand je dis nous, c’est aussi la France».

Les liens entre le Sénégal et le Mali devraient empêcher des positions contradictoires, juge-t-elle. «Je voudrai quand-même rappeler que le Sénégal est le premier pays contributeur de soldats à la MUNISMA (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali). Ne serait-ce que pour cela, en dehors du facteur de voisinage, du destin commun que nous partageons depuis que nous sommes indépendants, (presque un seul peuple, un seul drapeau, hymne national coupé en deux et une même devise)», les deux pays doivent partager concernant beaucoup de décisions.  

Un Forum international Paix et Sécurité de Dakar pour aider les décideurs

A signaler le Forum de Dakar sur la paix et la sécurité, dont la cérémonie de lancement a servi de cadre au ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, se tiendra les 6 et 7 décembre prochain. Le thème de cette 7ème édition, programmée après une année blanche observée en 2020 à cause la prévalence de la Covid-19, est : «Les enjeux de stabilité et d’émergence en Afrique dans un monde post Covid-19 »

Il est un cadre important de prise de décisions sécuritaires ; selon Aïssata Tall Sall. « Quand on parle de sécurité, c’est la confidence qui empêche d’aller dans les détails, mais beaucoup d’actions sécuritaires dans la région, beaucoup de décisions ont été prises à partir des conclusions et des résultats obtenus du Forum international Paix et Sécurité de Dakar. C’est pourquoi il perdure», a expliqué le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

Le Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique est né de la volonté des Chefs d’Etat et de Gouvernement africains, réunis au Sommet de l’Elysée, en décembre 2013. Devenu un cadre de référence dans l’agenda diplomatique du continent, il rassemble annuellement, depuis 2014, sous la présidence du président de la République, Macky Sall, de nombreux Chefs d’État et de Gouvernement ainsi que des dirigeants d’Institutions internationales, non gouvernementales et du secteur privé, «à l’effet de réfléchir sur les principaux enjeux de l’heure en Afrique». La 6ème édition du Forum de Dakar s’est tenue sous le thème «Paix et sécurité en Afrique : les défis actuels du multilatéralisme».

Fatou NDIAYE

Leave a reply