Mandat de dépôt contre Ngagne Demba Touré : Les Greffiers annoncent une paralysie nationale du système judiciaire

0
338

L’on s’achemine vers une paralysie totale du secteur de la justice au Sénégal, dans les jours avenir. En effet, les travailleurs de la justice sont entrés en colère contre la décision du juge du deuxième cabinet d’instruction, Mamadou Seck, décernant un mandat de dépôt à leur collègue, Me Ngagne Demba Touré, greffier de formation, par ailleurs, responsable politique de la jeunesse patriotique. Me Ibrahima Sarr, président de l’Amicale des Greffiers du Sénégal, déçu par cette décision qu’il dénonce jusqu’à la dernière énergie, appelle ses camarades syndicalistes à prendre toutes les mesures nécessaires pour une paralysie totale du système judiciaire, à travers le territoire national.

«Ce qui s’est passé aujourd’hui (hier, ndlr) a été une grosse déception pour plusieurs raisons», a fortement décrié Me Ibrahima Sarr, président de l’Amical des Greffiers du Sénégal. En effet, la première raison évoquée par le président de l’Amicale des Greffiers du Sénégal, «est que Ngagne Demba, en sa qualité de Greffier, et avec ce statut de Greffier, devait bénéficier d’une représentation en justice. Ceci dit, rien ne peut expliquer son placement sous mandat de dépôt». Selon lui, «Ce privilège de juridiction, à travers l’article 663 bis du Code de procédure pénale, devait bénéficier à Ngagne Demba Touré. Le juge en a fait fi», dénonce-t-il.

L’autre raison évoquée par Me Ibrahima Sarr, «c’est que le juge a utilisé des termes de lâcheté dans son mandat d’arrêt international. Et cela, nous la voyons à travers ses actes et ses paroles». Car, à son avis, «quand il s’exprime dans son mandat pour dire que Ngagne Demba Touré a été étourdi par une autorité fictive ou bien a fui lâchement pour s’exiler ailleurs, nous disons que la lâcheté est de son côté. Et cette lâcheté s’est encore exprimé dans l’acte qu’il a posé, en ne voulant faire bénéficier à Ngagne Demba Touré tous ces privilèges de juridictions. Et là, nous dénonçons cela jusqu’à la dernière énergie».

L’autre raison enfin, regrette Me Sarr, à l’encontre de cette décision, «c’est qu’aujourd’hui, il a signé l’arrêt de division de la famille judiciaire. Et, conséquemment à tout cela, les Greffiers prendront toutes leurs responsabilités par rapport à cette unité qui a été tant décriée mais aujourd’hui, qui a été déchiré par le juge du 2e cabinet, monsieur Mamadou Seck».

Par conséquent, lance-t-il, un appel à l’endroit de ses camarades syndicalistes : «nous Greffiers du Sénégal, nous appelons solennellement tous nos collègues des deux entités syndicales (l’Union Nationale des Travailleurs de la Justice (UNTJ) et le Syndicat des Travailleurs de la Justice (SYTJUST), ndlr) à poser tous les actes nécessaires pour la paralysie totale de la justice à travers le territoire national».

Ousmane GOUDIABY

Leave a reply