Manifestation de l’opposition ce mercredi, sans autorisation préfectorale : avis de tempête à Dakar et ailleurs

0
224

Encore une journée qui risque d’être pesante pour les populations de Dakar, au vu des risques de heurts pouvant survenir entre forces de l’ordre et partisans et/ou sympathisants de l’opposition. Pour cause, la coalition Yewwi Askan Wi qui compte accentuer la pression pour protester contre le rejet de sa liste nationale des titulaires aux élections législatives du 31 juillet envisage d’organiser ce jour, mercredi, un autre rassemblement dans la capitale sénégalaise. Ce, malgré l’interdiction de toute manifestation par l’autorité, en raison de la période de pré-campagne électorale selon son argumentaire, et une première mobilisation non autorisée et réprimée par les forces de l’ordre, le vendredi 17 juin.

Alors qu’elles sont déjà lourdes de contentieux électoraux, les Législatives devant renouveler la treizième législature, au soir du 31 juillet 2022, ne cessent de drainer à leur amont une période pleine de tensions sur le terrain politique. Et la journée de ce mercredi 29 juin semble partie pour ne pas déroger à la chienlit de ces derniers jours. En témoigne la manifestation de tous les dangers que la coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi compte organiser à Dakar, comme dans certaines autres localités du pays, en dépit des interdictions préfectorales, sous couvert du respect de la période de pré-campagne électorale en perspective des Législatives prévues dans un mois. Toute chose que mal d’analystes politiques et de spécialistes du droit ont balayée d’un revers de la main, pour non-conformité à la loi électorale.  Quoi qu’il en soit, après une première manifestation interdite par le préfet de Dakar comme celui de Ziguinchor et réprimée par les forces de l’ordre, avec au total 3 morts et l’arrestation de quelques leaders de l’opposition dont les députés Déthié Fall et Mame Diarra Fam, ainsi que le maire de Guédiawaye Ameth Aidara, l’opposition a fait part de sa décision  d’organiser une autre manifestation dans Dakar et certains pôles régionaux. En conférence de presse organisée le lundi 20 juin, en somme trois jours après leur manifestation du 17 juin réprimée par les forces de l’ordre, les leaders de la coalition par la voix d’Ousmane Sonko de Pastef-Les Patriotes, ont annoncé une nouvelle mobilisation pour ce jour ; mercredi 29 juin, qu’elle soit autorisée ou non par les autorités. Une manière sans nul doute pour les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi (Yaw) de montrer  leur détermination à aller jusqu’au bout pour la sauvegarde de leur droit constitutionnel à manifester et à revendiquer leur droit de participer aux élections législatives.

Alors que l’on attendait un certain dégel de la tension politique après la libération sous condition avant-hier, lundi 27 juin, de certains des principaux leaders de l’opposition arrêtés, en marge de la manifestation du 17 juin, l’on semble s’acheminer tout droit vers la confrontation. Pour preuve, à moins de 48 heures du rassemblement de l’inter-coalition Yewwi-Wallu, les Sages et/ou vétérans de Yewwi Askan Wi sont montés au créneau pour annoncer qu’ils seront au front, lors de la manifestation de ce jour.  En conférence de presse, le doyen Alla Kane et Cie ont déclaré leur volonté de s’ériger en bouclier humain pour la protection des leaders de Yewwi Askan wi, cibles d’arrestations « arbitraires ».  « A compter de ce jour, nous entendons nous constituer en bouclier permanent autour d’Ousmane Sonko et des autres leaders de Yewwi Askan wi à chacune de leurs sorties et apparitions publiques. Nous appelons tous les aînés du Sénégal à se rendre au rassemblement du 29 juin 2022 », ont-ils déclaré. C’est dire à quel point la situation politique est explosive et risque de dégénérer, ce mercredi, entre membres de l’opposition résolus à se conformer à leur droit constitutionnel à la manifestation et un pouvoir déterminé à maintenir l’ordre par tous les moyens, allant même jusqu’à doter la «Grande muette » de logistiques de maintien de l’ordre.

M DIENG

Leave a reply