Manifestation du 12 mai à la place de la nation : Mamadou Mbodj tire un bilan satisfaisant

0
586

Invité de l’émission Objection de ce dimanche 14 mai 2023, le coordonnateur du mouvement des forces vives de la nation-F24 s’est dit satisfait de la manifestation du 12 mai dernier, à la place de la nation. Mamadou Mbodj en veut pour preuve la forte adhésion des populations à la cause du F24. Bien que peiné de constater qu’on ait continué aujourd’hui de parler de troisième mandat, après le combat mené en 2011, M. Mbodj se dit optimiste quant à la perspective à l’issue de cette manifestation.

Un premier acte satisfaisant : c’est ce que le coordonnateur du mouvement des forces vives de la nation : « Il faut dire qu’on est satisfait de cette manifestation, parce que, ce que nous avions prévu, on l’a obtenu. C’est-à-dire une manifestation monstre, une adhésion des populations, des jeunes à la cause du F24 », a déclaré dans l’émission Objection de ce dimanche, Mamadou Mbodj, qui souligne dans le même sillage qu’« Il y a eu un constat facile à faire, la présence massive de jeunes, de femmes et de vieux qui sont venus massivement répondre à notre appel. Cela montre tout simplement qu’il y a une adhésion forte de la population sénégalaise à ce que veut le F24. »

Et Mamadou Mbodji de poursuivre : « ce que veut le F24, ce n’est pas autre chose que la paix. Ce que veut le F24, ce n’est pas autre chose que la préservation de la stabilité, la préservation de l’exception sénégalaise, la préservation de l’harmonie ethnico-religieuse. Cela veut dire tout simplement que le F24 et la population s’opposent à la violation de la Constitution, s’opposent à la politique qui consiste à emprisonner des personnes qui n’ont commis un autre délit que celui d’exprimer leur opinion… ». De même, M. Mbodj a également magnifié le comportement des leaders politiques pour leur attitude irréprochable, après les huées sur leurs camarades : « L’attitude des leaders a été irréprochable. Parce que même, lorsqu’il y a eu quelques huées, il faut l’admettre, il y a eu également des applaudissements, mais ceux qui ont fait l’objet de ces huées-là, ont été véritablement soutenus par tous les autres, encouragés, félicités par tous les autres pour leur courage d’être ensemble pour l’unité, évidemment, qu’ils prônent et qu’ils préconisent. Donc, ils sont unis dans le F24. Et ils l’ont été jusqu’à aujourd’hui, où on sent une unité, une volonté commune d’aller ensemble et de réussir ensemble. De ce point de vue-là, on est satisfait des leaders du F24. »

Toutefois, l’ancien coordonnateur du M23 se dit peiné de voir que le débat sur le troisième mandat resurgisse encore aujourd’hui. « On est très peiné. C’est avec regret qu’on constate qu’on doive aujourd’hui, encore, parler de troisième mandat. Parce que ce n’est pas seulement une répétition de l’histoire, c’est un recul démocratique, un grave recul démocratique », regrette-t-il en magnifiant l’acte posé vendredi dernier  pour défendre la République.

A son avis : « Il s’agit de défendre ce qui fait que nous sommes ensemble. Ce qui fait que nous sommes ensemble, c’est la Constitution. C’est la constitution qui structure notre vivre ensemble. Donc si quelqu’un décide de violer délibérément la loi, parce que comme je l’ai dit, la constitution est très claire. Et lui-même l’a interprété de la meilleure des manières. Et nul autre le faire mieux que lui. « Nul ne peut exercer plus de deux mandat consécutif ».  Cependant, à la question de savoir s’il est optimiste quant à la perspective au sortir de cette manifestation, il répond : « Optimiste, parce que moi, je crois que nous les hommes, nous sommes les sujets de l’histoire. Nous devons avoir l’intelligence sociale au Sénégal de dépasser cette situation. Nous devons avoir l’intelligence sociale de faire comprendre à Monsieur Macky Sall, que la voie qu’il a empruntée n’est pas la bonne. Que Monsieur Macky Sall et ses compagnons reviennent à la raison, comprennent que ce Sénégal-là vaut tous les sacrifices, que ce Sénégal-là vaut qu’ils renoncent à leur intention de nous en imposer».

OUSMANE GOUDIABY

Leave a reply