Manœuvres sur le réseau interconnecté de la Senelec : les éclairages de Pape Demba Biteye

0
331

Invité de l’émission Grand Jury de ce dimanche 26 juin 2022, sur la Rfm (radio privée), Pape Demba Biteye, Directeur général de la Senelec est largement revenu sur les raisons liées aux coupures d’électricité enregistrées dans le pays, ces dernières semaines dans le pays.

Le directeur général de la Senelec est revenu plus amplement sur les coupures intempestives enregistrés ces dernières semaines sur la distribution de l’électricité, ce après un communiqué de la Senelec qui relevait que ces perturbations sont provoquées par des manœuvres sur le réseau interconnecté. « Le dimanche, qu’est-ce qui s’est passé, comme vous le savez aujourd’hui le Sénégal partage un vaste réseau avec le Mali et la Mauritanie. Et c’est le réseau qu’on appelle le réseau interconnecté de Manantali. Ce réseau est vaste de 1500 km. Maintenant comme dans l’exécution de son planning de maintenance, Manantali devrait entretenir le poste de Dagana. Et ce poste qui est le nœud central entre le Sénégal et la Mauritanie devait faire sa maintenance annuelle. On a coupé le poste le matin depuis 7 heures pour les travaux. A la fin il fallait remettre les deux réseaux. Parce que pendant la coupure le poste est totalement isolé », a expliqué dans l’émission Grand Jury de ce dimanche 26 juin, Pape Demba Biteye, directeur général de la société nationale d’électricité.

« Donc ce qui veut dire que le Sénégal était déconnecté du Mali et de la Mauritanie. Donc le vaste réseau que nous avions quand nous sommes ensembles a été séparé en trois réseaux. Donc à la fin des travaux, Manantali devrait revenir en interconnexion avec le Sénégal. Et c’est ça que nous appelons dans notre jargon « manœuvre ». Cela veut dire quoi ? Cela veut dire qu’il fallait déconsigner le poste refermer les appareils qui ont été ouverts pour permettre la reconnexion des réseaux. Et c’est maintenant au moment de ces manœuvres ou bien de ces essais qu’il y a eu le déclenchement qui entrainé le black-out ».

A ce titre ce qu’il faut dire, selon le DG de la Senelec « c’est qu’aujourd’hui, le dernier Black-out qu’on avait, daté de 2019, c’était un black-out qui avait une cause interne au niveau de Senelec. Mais cette fois ci, comme on le dit, si bien dans notre jargon, lorsque nous sommes interconnectés, nous partageons le bonheur et le malheur. Nous sommes unis pour le meilleur et pour le pire. C’est ça qui a entrainé, et il faut noter aussi que cet incident n’a pas impacté que le Sénégal. Cela a impacté la Mauritanie et le Mali naturellement mais à des degrés divers. C’est pour cela que nous avons mis en branle rapidement notre plan de reconstitution du réseau qui fait partie de notre plan de défense. Et cela nous a permis dès 18h-45 minutes de remettre les premiers clients ».

Interrogé par ailleurs sur l’approche adoptée pour reconnecter le réseau, l’ancien responsable du dispatching nationale à la Senelec soutient: « C’est à partir de notre réseau interne. Parce qu’au niveau de notre parc de production nous avons ce qu’on appelle des machines en black-stade, c’est-à-dire qui sont capables de démarrer lorsqu’il n’y a aucune tension sur le réseau. Donc ce sont ces centrales que nous avons fait appeler rapidement et qui ont remis la tension ».

« Maintenant vous devez comprendre que ça prend un peu plus de temps. Parce que la première centrale qui a été démarrée est celle de Kaone. Au niveau de Kaolack, qu’il fallait passer par Touba, Taubène avant de pouvoir venir à Dakar. Et ce que nous avons fait au fur et à mesure que la tension était là, les autres machines pouvaient se coupler », a-t-il conclu.

Ousmane Goudiaby (Stagiaire)

Leave a reply