Marche contre la vie chère : La CSA secoue les Syndicats

0
291

Après plus d’une année de trêve, les syndicalistes regroupés au sein de la confédération des syndicats autonomes des travailleurs du Sénégal (Csa) reprennent  du service. Les camarades d’Elimane Diouf ont investi les rues de Dakar hier, mardi 30 septembre pour manifester leur mécontentement sur la gestion du pays. Ils ont protesté contre la cherté de la vie, le droit des travailleurs qui ne sont plus respectés et la préservation de l’outil.

Sous une chaleur de plomb, des travailleurs regroupés au sein de la Confédération des syndicats autonomes des travailleurs du Sénégal (Csa) ainsi que de leurs sympathisants ont choisi de battre le macadam hier, jeudi 30 septembre  pour réclamer de meilleures conditions de travail mais surtout la préservation de leur outil de travail.  Ces derniers ont marché de la place de l’Obélisque où ils se sont donnés rendez-vous jusqu’    u rond point de la RTS1 (Triangle Sud).

Arborant des pancartes  sur lesquelles on pouvait lire «cherté de la vie», «paiement des arriérés de salaire», «reclassement» ou encore «protection des droits des travailleurs», «amélioration des pouvoirs d’achats», «respects des accords» entre autres,  ces travailleurs vêtus de t-shirt rouge, cravate et casquette de la même couleur n’ont pas manqué de dénoncer et la gestion du gouvernement sur la demande sociale et les inondations dans le pays.

«Il est important de savoir comment le gouvernement va mettre en place  les directives prises pour la baisse de la vie chère qui n’est toujours pas à la portée des Sénégalais. Nous voulons du concret. Avec les associations des consommateurs, il faut travailler ensemble pour la révision des prix des denrées de premières nécessités.  Notre combat s’oriente aussi sur la dignité du travailleur pour un travail décent.  Sur ce point, plusieurs secteurs comme le Bâtiment travaux publics (Btp) demeurent dans la précarité».    

Elimane Diouf, secrétaire national du Csa

Pour réussir à améliorer les conditions des travailleurs, Elimane Diouf a appelé à l’unité des centrales pour des actions communes.

Faible mobilisation

L’acte posé par la CSA est noble mais la population n’a pas répondu massivement. Selon plusieurs observateurs, les syndicalistes ont failli à leur mission. «Depuis combien de temps les syndicalistes n’ont pas appelé à une mobilisation pour la cause des travailleurs Il y a beaucoup de problèmes dans le domaine du travail et les travailleurs préfèrent aller voir ailleurs. J’espère que cette marche va sonner comme un déclic et les mouvements syndicaux vont jouer pleinement leur rôle», a lancé un des marcheurs. Il faut reconnaître que les murs de lamentations sont devenus les sièges de Y en a marre ou encore de Frapp France Dégage !

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply