Marche de protestation d’«and gueusseum» : les travailleurs du secteur de la santé battent le macadam

0
641

Pour une application intégrale des accords signés avec l’Etat et la résolution d’autres revendications à caractère sectoriel, les membres de l’Alliance des syndicats autonomes de la santé (Asas) «And Gueusseum», qui regroupe les syndicats Sutsas-Sudtm-Sat Santé/D-Cnts Santé-Sat/Cl, ont organisé une marche nationale hier, jeudi 27 octobre, à Matam.

Après la grève générale des 25 et 26 octobre 2022, des syndicalistes travailleurs du secteur de la Santé affiliés à l’Asas And Gueusseum  sont descendus dans la rue hier, jeudi 27 octobre 2022,  dans la capitale de la onzième région, Matam, située dans le Nord-Est  du pays, pour répondre à la marche nationale organisée par l’assemblée générale de région.  Composé des délégations locales et  des délégations venues des autres régions, le groupe de manifestants a arpenté les principales artères de la ville en revendiquant  l’harmonisation d’augmentations  de salaire et celle de payement d’indemnité de logement… Entre autres demandes formulées à travers des slogans, auxquelles s’ajoutent d’autres réclamations en confluence avec les plans d’actions issues des luttes sectorielles agitées au niveau des structures de santé que sont Ourossogui, Talibou Dabo et Mbour Polymed. Comme notamment, l’épineux problème de la généralisation des indemnités au niveau du centre hospitalier de Ourossogui à l’origine d’un conflit entre les membres de l’Asas et le directeur de l’hôpital. Démarrée au niveau de l’entrée de la ville, la marche qui a été ponctuée par les interventions des délégués syndicaux, pour expliquer les bien-fondés de leurs revendications, a atterri à la préfecture de Matam où un mémorandum a été remis au préfet du département, en présence de Mballo Dia Thiam, président de l’Alliance des syndicats de la santé.

A l’adresse du ministre de la Santé et de l’action sociale, les syndicalistes renseignent que « les années 2021,2002 ont particulièrement éprouvé les travailleurs de la santé et de l’action sociale de la région de Matam dans l’exercice de leur fonction, particulièrement les membres de And Gueusseum et notamment les populations constamment privées de soins ». Une situation qui est née, selon eux, des suites des avis de grèves du Sutsas déposés le 22 octobre 2021 qui avaient comme objet ; l’insécurité grandissante constatée au niveau des structures  de santé faisant  état  des remboursements des factures  de la CMU à Thilogne et Ranérou et la situation de l’hôpital de Ourossogui. Suite à l’intervention de plusieurs autorités administratives, territoriales et coutumières, indiquent-ils,  « les deux premières questions ont connu des solutions notoires, contrairement à celle de l’hôpital qui n’a pas connu d’évolution à cause de la position du directeur. Ce dernier s’opposant toujours un non catégorique  pour  la satisfaction d’une généralisation de primes à l’ensemble des personnels de l’hôpital ». Une revendication portée à bras le corps par le secrétaire général de l’union régionale du Sutsas, Mamadou Lamine Sano, depuis lors démis de ses fonctions de chef de services des soins infirmiers, poste pour lequel  le syndicat  exige son retour, sans succès jusque-là malgré les grèves et les sit-in qui ne cessent de secouer les structures de santé.

And Guesseum qui dit, « fustiger l’attitude du directeur  du centre hospitalier, dénonce sur le fait le silence coupable des autorités du ministère de la Santé et de l’action sociale ». Ainsi les syndicalistes entendent élever le ton en boycottant plusieurs programmes de santé.   Sous ce registre, ils déclarent s’activer « à la rétention des informations sanitaires et sociales qui a rendu le système aveugle depuis juin 2021, au boycott des formations et supervisions et de tous les programmes de santé, excepté le PEV »…

PAPE MOCTAR NDIAYE

Leave a reply