Matam : Le Tapa lapa joue les seigneurs, suite à la grève des Boulangers industriels

0
269

La grève décrétée par la Fédération Nationale des Boulangers du Sénégal (FNBS) a été largement suivie dans la région par les professionnels du pain. Sevrées du pain industriel, les populations se sont rabattues sur  le pain traditionnel, le tapa lapa et subséquemment les beignets et les biscuits.

Les professionnels du pain industriel qui exigent de l’État du Sénégal, la révision du prix du pain et le référencement de nouveau format adapté à la rentabilité de la production, l’application de la réglementation sur la production et la distribution de pains, ont fermé boutique hier. Ce, par respect de la mesure de grève qu’ils déroulent et qui a d’ailleurs été largement suivie, au grand dam des consommateurs qui ont cherché en vain à s’approvisionner. Mais, la  denrée était introuvable au niveau des points de vente.

Une situation pour le moins contraignante, sauf qu’en l’absence du pain industriel, le tapa lapa s’est insurgé comme un palliatif, même si sa commercialisation est vivement condamnée par les boulangers industriels qui la considèrent comme une réelle menace.  « Devant la pression surtout des tout-petits qui ont l’habitude d’aller à l’école avec un  morceau de pain, pour le goûter durant la récréation, j’ai acheté le pain traditionnel», confie Mariame une mère de famille.

Comme elle, plusieurs consommateurs qui ont rencontré d’énormes difficultés pour trouver du pain industriel, ont jeté leur dévolu sur le tapa lapa, notamment au niveau de la capitale régionale où des détenteurs des boulangeries en banco, se sont affichés pour satisfaire la grande foule des clients en vendant la baguette à 100 F Cfa sur place et au niveau des étals du marché.

En dehors du pain traditionnel, les populations se sont aussi rabattues sur les beignets, moyennant 25 francs la galette. Une grande opportunité vivement appréciée par les vendeuses qui ont été envahies par une forte clientèle dès les premières heures de la matinée. Malgré tout, le manque est toujours là, car la production des boulangeries industrielles est beaucoup plus importante que celle fournie par les fours traditionnels. Sur le fait, ce sont les gargotiers et les vendeurs d’aliments qui se consomment avec une tranche de baguette de pain qui sont fortement éprouvés.

A l’image de Salamata qui vend de la frite de pomme de terre et du sandwich. Houlimata n’a pu elle commercialiser comme dans le passé, le «ndambé» (niébé cuit avec de la sauce) et non moins la sauce de corn beef, des spécialités maison tant prisées par sa clientèle. «Je vendais plusieurs baguettes par jour, en raison de la grève, actuellement, je vends certains aliments sans pain, ce que rechignent certains clients et du fait, cela peut conduire à la mévente», déclare-t-elle. Non sans annoncer que pour faire face à cette pénurie de pain, elle a pris l’option d’offrir à sa clientèle, du « fataya », des beignets salés, avec de la viande hachée.

PAPE MOCTAR NDIAYE

Comments are closed.