Mbour-formation et employabilité des jeunes : corpsafrica s’engage et capacité une trentaine de stagiaires

0
254

Mamadou Sarr, directeur de CorpsAfrica Sénégal, à la clôture de la session de formation de la 6ième cohorte de stagiaires de sa structure après sept ans d’existence dans le pays a bien voulu relever tout le sens de cette capacitation de jeunes engagés. L’objectif visé, selon lui, est de préparer les jeunes stagiaires à rendre service à leur pays pour une durée d’un an dans le volontariat et dans des coins et recoins éloignés.

Mamadou Sarr, le directeur de CorpsAfrica en cette phase d’immersion de jeunes engagés stagiaires a rappelé  qu’ « il n’est pas toujours aisé pour les sortants des universités ou des grandes écoles de pouvoir être sur le terrain sans difficultés. Par conséquent, Corps Africa leur donne assez d’outils pour leur permettre de prévoir les réalités auxquelles ils vont se confronter dans les sites d’accueil à l’intérieur du Sénégal et d’autres pays africains dont le Maroc , le Malawi , le Ghana, l’Ethiopie , le Rwanda». Les jeunes stagiaires en formation ont aussi à apprendre auprès des communautés au bout d’un an. Ainsi, avant leur phase d’immersion dans les coins reculés du pays, ils sont préparés à ces milieux.

Des choses supposées basiques comme le civisme et la citoyenneté surtout active sont les premières leçons inculquées aux jeunes stagiaires. Mamadou Sarr a salué la collaboration du Service civique national dans la formation des jeunes stagiaires. A l’en croire, tout le monde connaît les valeurs dans l’armée et que l’on essaye de les faire acquérir. La formation des stagiaires comprend un volet secourisme. Selon ses propos, ils font l’apprentissage du secourisme pour des cas de nécessité parce qu’ils vont travailler avec d’autres organisations non gouvernementales intervenant dans d’autres domaines. La capacitation des stagiaires s’étend à l’acquisition de compétences pouvant leur permettre de mettre en évidence les capacités et des compétences des terroirs, des communautés pour l’émergence d’un leadership transformationnel et générationnel.

Pour lui, les stagiaires en ont aussi besoin. Par conséquent les stagiaires outillés vont définir et dérouler avec les communautés des projets pendant la durée de leur service ou séjour, un temps fort pour le volontariat. Mamadou Sarr, le directeur de Corps Africa déjà présent dans huit pays africains, a demandé au public de prendre conscience de ce que des Africains font pour eux-mêmes à l’image de certaines Ong et agences de coopération asiatique, américaine ou européenne dans une dynamique de développement durable. Souha Boucra, un stagiaire marocain engagé ayant vécu dans le Haut-Atlas dans son pays d’origine parle d’une expérience exaltante sur le plan culturel et la vie d’échanges avec les communautés.

Le charme de sa collaboration avec Corpsafrica est de participer avec les communautés à l’élaboration de solutions pour les contrées et terroirs en relation avec eux. L’exploitation des ressources locales est pour lui, une source de richesse inestimable car participant grandement à l’élaboration des solutions. Ces considérations l’ont poussé à ‘engager encore à Corps Africa Sénégal pour une nouvelle expérience. Joelle Ndew Faye pense, elle, être redevable des communautés et doit participé à les aider et les accompagner pour faciliter leur développement et leur résilience.

Samba Niébé BA

Leave a reply