Mbour – Gingembre littéraire : Paix, stabilité sociale et cousinage à plaisanterie, au menu d’un panel

0
932

Le Gingembre littéraire, après la ville de Thiès, a fait cap sur Mbour et Diass, le week-end, avec son cortège de panélistes, des hommes de lettres, de culture et des religieux. Les questions relatives à la paix, à la stabilité sociale et au cousinage à plaisanterie ont été au menu des échanges. Des lycéens ont constitué, en grande partie, l’auditoire du panel. Pour Gorgui Wade Ndoye, ils demeurent une cible essentielle pour faire passer le message et son appropriation par eux.

La commune de Mbour a accueilli, le week-end, le «Gingembre littéraire». Selon son promoteur et initiateur, le journaliste Gorgui Wade Ndoye, «il y a une convergence des Sénégalais autour du ‘’Gingembre littéraire’’. Aujourd’hui, plus que jamais, les populations sénégalaises veulent retrouver leur ADN, c’est-à-dire, nous sommes un peuple profondément marqué par l’esprit de paix et de stabilité sociale. C’est l’une de nos plus grandes richesses».

Suffisant pour qu’il relève, pour le regretter, les discours plus violents sur les réseaux sociaux portés par des personnalités et des personnes adultes. «On ne peut pas demander aux jeunes de bien se comporter si les adultes eux-mêmes détruisent ce socle de stabilité sociale».

A l’en croire, l’espace public sénégalais retrouve ses lettres de noblesse avec le Gingembre littéraire dans un pays doté de l’une des plus belles intelligences du 21ième siècle, avec les Souleymane Bachir Diagne, Boubacar Boris Diop, Cheikh Anta Diop… Par conséquence, il juge sa démarche humble, comme une petite contribution pour que le Sénégal reste un pay de paix éternellement.

Pour le Professeur Massamba Guèye, un éminent littéraire, «la cohésion sociale, c’est la multiplication de l’ensemble des actes qui permettent d’amener une sérénité en groupe. Le vivre ensemble est un vivre ensemble qui existe ; nous ne devons accepter qu’on fasse douter parce qu’il y a deux ou trois qui, dans les réseaux sociaux ou ailleurs, veulent se positionner».

En effet pour corroborer ou illustrer ses propos, il a fait référence au cousinage à plaisanteries, communément appelée «Kal» en langue wolof, une notion vecteur et base de paix sociale et stabilité, au sein de nos communautés, dans nos maisons et foyers. L’important, pour lui, reste la manière utilisée pour la transmettre à nos enfants et aux générations futures. La démarche, selon lui, se doit d’être formelle pour que les enfants comprennent tout l’enjeu lié à ce phénomène pour ne pas lui tourner le dos demain, face aux appels à la violence et au communautarisme.

Pour le Professeur Massamba Guèye, «ce communautarisme-là, doit fonctionner comme avant ; les gens appartiennent à des communautés mais pour mieux se connecter à d’autres communautés». Les panélistes ont traité les questions évoquées en prenant exemple sur le vécu de deux personnages riches d’enseignements : le président-poète, Léopold Sédar Senghor, et l’écrivain et homme de lettres Ahmadou Hampaté Ba.

Samba Niébé BA

Comments are closed.