Mbour – tabaski 2022 flambée des prix du mouton et des denrées de premières nécessités : l’antenne de SOS Consommateurs tire la sonnette d’alarme

0
1107

Les préparatifs de la Tabaski 2022 ont pris des allures inhabituelles. Les choses se caractérisent par une flambée des prix du mouton et des denrées de premières nécessités comme l’oignon et la pomme de terre. Le riz s’est invité dans cette hausse des prix. Le tout confirme un renchérissement du coût de la vie en cette veille de fête. Par conséquent la section locale de ‘’Sos Consommateurs‘’ a réagi pour tirer la sonnette d’alarme et alerter, sur la situation difficile pour les pères de famille.

Serigne Ba, le président départemental de ‘’Sos Consommateurs‘’ à Mbour, a rappelé, en cette veille de fête de Tabaski, la situation difficile des ménages dans la petite côte liée au renchérissement du coût de la vie avec la cherté des prix du mouton et des denrées de grande consommation. En cette période de fortes consommations, selon lui, le pays traverse des moments inédits et durs.

La hausse des prix est comme un leitmotiv, à l’en croire, à la veille des grandes manifestations comme le Gamou ou les Magal ; les prix flambent à tous les niveaux. Le transport devient un calvaire et les denrées alimentaires suivent avec des augmentations sans retenue. ’’Tout devient trop cher et la cherté du mouton dans le département de Mbour a atteint des proportions alarmantes. Les bourses modestes sont à genou. On ne peut pas trouver un mouton acceptable pour la Tabaski en dessous de 100.000 francs CFA’’.

Si, dans le passé, le marché hebdomadaire de Sandiara, une foire aux petits ruminants à la veille de Tabaski présentait des troupeaux de béliers pour toutes les bourses, tel n’est pas le cas cette année. Dans la ville de Mbour, le long des grandes artères et avenues, des bâches concentrent des moutons de race, affichant des prix trop chers et atteignant plusieurs centaines de milliers de nos francs.

En ces mots, Serigne Ba, déplore les faits donnant du tournis aux pères de famille. ‘’La hausse s’est invitée jusque dans le prix du sac de foin atteignant le cap de 5500 francs CFA, sans compter les augmentations sur l’oignon, la pomme de terre et le riz. Tout cela n’est pas du genre à soulager les chômeurs et familles aux revenus inconstants’’, se désole-t-il. Les retraités aux pensions modestes en souffrent.

Selon lui, les difficultés financières actuelles ont pulvérisé ou disloqué plusieurs ménages dans une allure de pauvreté galopante. Quid des trois repas devenus un luxe dans bon nombre de ménages ? Le président de ‘’Sos Consommateurs’’ à Mbour, voit ainsi, une des multiples causes des expéditions périlleuses de jeunes bravant les flots de l’océan à la quête d’un espoir incertain dans l’Eldorado européen, malgré de nombreuses pertes en vies humaines. En illustration de ses propos, il a fait référence au drame de Melilla.

Toujours, selon son analyse, en cette veille de fête de Tabaski, les deux mamelles de l’économie locale que sont la pêche et le tourisme ne nourrissent plus leurs hommes. La pêche demeure marquée par la raréfaction de la ressource, impactant sur le prix du poisson de plus en plus cher. Les randonnées lointaines vers les pêcheries sont très coûteuses. Le tourisme, pour lui, après une reprise, suite à deux bonnes années dans le creux de la vague, à cause de la pandémie de Covid-19, ne répond pas encore aux attentes. Ainsi, Serigne Ba, prend prétexte sur la Tabaski 2022 pour solliciter une introspection sur les conséquences de la situation.

Samba Niébé BA

Leave a reply