Mékhé mise sur l’artisanat et sa position géographique pour son émergence économique (maire)

0
384

(APS) – La commune de Ngaye Mékhé, dans le département de Tivaouane, compte miser sur l’artisanat, notamment la cordonnerie, et sa position stratégique pour amorcer son émergence, selon son maire, Maguette Wade.

 

La principale force de Mékhé est l’artisanat, a indiqué Maguette Wade à l’APS, après avoir évoqué la position géostratégique de cette commune confinée sur un territoire de 5 kilomètres carrés.

 

Avec ses 250 à 300 ateliers de cordonnerie, Mékhé est aussi un haut-lieu de la broderie, de la vannerie et de fabrication de matériel agricole.

 

‘’Nous sommes un des véritables moteurs de la croissance capables de générer le plus d’emplois possibles dans ce pays’’, soutient-il.

 

Chaque atelier emploie trois à quatre personnes, selon l’édile de cette collectivité territoriale, qui considère que sa commune contribue à booster la croissance économique au Sénégal.

 

Si chaque personne produit environ 10 paires de chaussures par jour, cela donne 40 par atelier et 12.000 paires à l’échelle des 300 ateliers, résume-t-il. La paire étant vendue entre 1500 et 75.000FCFA, en moyenne 6.000 FCFA, le chiffre d’affaires annuel frôle les 8 milliards.

 

Malgré les ventes en ligne, et certains marchés, Maguette Wade estime toutefois que les cordonniers « ne s’en sortent pas’’ comme il se devait, en raison notamment du système financier qu’ils utilisent.

 

Selon lui, certaines entreprises ont une partie de la commande publique de l’armée, grâce à l’appui d’éminentes personnalités, dont la star planétaire Youssou Ndour.

 

Il est convaincu que les ‘’dallou Ngaye’’ (chaussures de Ngaye) deviendront le prototype de la marque de chaussure ‘’Made in Sénégal’’. ‘’Nous y travaillons’’.

 

Des artisans ont été envoyés se former en Italie. Une usine de cordonnerie est en train d’être installée à Mékhé et une autre de teinture végétale y est prévue. Un projet qui a, selon le maire, inspiré le ministre de l’Industrie qui a décidé d’installer 37 tanneries végétales à travers le pays.

 

Il pense qu’après ces actions, Mékhé mérite le financement de 1 milliard 350 millions FCFA pour le centre de formation des métiers peaux et cuir en cours de construction.

 

Confinée sur un territoire de 5 kilomètres carrés, la commune de Ngaye Mékhé est située à 127 km de Dakar. Adossée à Fass Boye, un des principaux ports de pêche du Sénégal, cette commune est séparée de l’océan atlantique de 20 kms des terres les plus fertiles du Sénégal.

 

Une fois à Mékhé, la route de Fass Boye donne deux embranchements, l’une vers Touba Mbacké, une importante ville économique située à 110km, en passant par Thilmakha, Darou Mousty.

 

L’autre se dirige vers Baba Garage, Fatick, Kaolack avec une ouverture sur l’interland, notamment le Mali, traverse la Gambie, la Guinée-Bissau et la Guinée Conakry.

 

Le maire se réjouit de la construction en cours des axes routiers Fass Boye-Bambey et entre Thilmakha et Mékhé, tout comme Thilmakha-Touba.

 

Pour Maguette Wade, « Mékhé va profiter de tous ses atouts géostratégiques’’, notamment avec le projet de la zone économique industrielle spéciale du Cayor dont il est le promoteur. Sa proximité avec la mine de zircon de Diogo est aussi un atout.

 

Il estime que le choix de l’ancien président Abdoulaye Wade de faire de Mékhé la deuxième capitale du pays n’était pas fortuit. Il était le fruit d’une ‘’rigoureuse étude’’ conduite par des Allemands.

Leave a reply