«Mes joueurs ont encore faim et moi», Aliou Cissé, Sélectionnneur des «lions»

0
358

Pouvez-vous faire l’état des lieux de votre groupe ?

 

Tous les 26 joueurs sont là. Par rapport au groupe qui était à la CAN, il n’y a que 3 joueurs qui manquent. Certains sont blessés et l’autre, Ibrahima Mbaye, c’est un choix purement sportif. Alfred (Gomis) et Sény (Dieng) ne sont pas là. On s’est regroupés le 21 mars, on a bien travaillé. Arrivés hier (mercredi, Ndlr) ici au Caire, on a fini notre dernière séance d’entraînement. Je crois que tout le monde est à pieds. Comme vous le savez, c’est un match d’éliminatoires de la coupe du monde. Deux grandes équipes qui ont été à la dernière Can, et qui ont été finalistes. Dans ces deux équipes se trouvent aussi les meilleurs joueurs africains du moment (Sadio Mané et Mohamed Salah). Donc, nous abordons ce match là avec beaucoup de sérénité, beaucoup de confiance mais surtout beaucoup de concentration.

 

Un mois après avoir joué cette même équipe égyptienne, allez-vous changer de stratégie ?

 

Oui c’est vrai qu’il y a un moment qu’on a joué cette équipe égyptienne et qu’on a eu le temps de changer de système tactique en si peu de temps. Je dirais que non. Nous sommes dans cette continuité, nous savons aussi que nous pouvons nous améliorer. Nous pouvons aussi changer de système tactique si vous voulez au courant de la rencontre. Mais en réalité nous sommes fidèles à ce que nous avons fait jusqu’à présent. A nous de rentrer dans ce match là comme il se doit. Nous sommes conscients de ce qui nous attend demain (ce soir, Ndlr). Nous savons aussi que l’Egypte joue devant son public, et c’est très important. On connaît l’ambiance de ce stade là. Et comme le disait Kalidou (Koulibaly) tout à l’heure, c’est deux grandes équipes qui ont envie de participer à cette coupe du monde. Je l’avais dit en conférence de presse lors de la publication de la liste. Aujourd’hui, nous avons face à nous l’Egypte. Ce sera deux rencontres très compliquées, difficiles. Et le Sénégal est là aussi pour continuer à progresser et continuer à écrire son histoire.

 

Avez-vous conscience que le Sénégal est à 180 minutes d’une 3ème qualification historique à une phase finale de Coupe du Monde après celle de 2018 ? Mais la deuxième d’affilée.

 

C’est ça l’objectif. Je le disais, nous le staff, la Fédération, le pays, les joueurs, tous on a envie de se qualifier à cette Coupe du monde là. Ça ne sera pas un match facile, capitaine Koulibaly l’a dit. Parce qu’on est en face d’une très bonne équipe. Mais comme je l’ai dit, nous aussi nous avons des arguments à faire valoir. On a envie d’aller à cette coupe du monde. Nous travaillons dur pendant des années et des années pour avoir un groupe compétitif. Cette équipe a été constituée pour jouer ce genre de compétition là. Nous savons que ça se jouera en deux matches. Moi, je dirais 3, parce que la finale a été gagnée. Dès lors qu’on a su que c’était l’Egypte en barrages, on se préparait à jouer 3 matches. Le match de demain (aujourd’hui) sera donc très important, mais forcément quoi qu’il puisse se passer il y aura un autre match décisif chez nous. Donc, c’est un match qu’il faut prendre en compte. Ne pas faire n’importe quoi parce que c’est deux matches aller et retour. Mais nous essayerons en tout cas de faire le meilleur résultat ici pour bien aborder la manche retour.

 

Comment comptez-vous votre attaque qui n’a marqué qu’un seul but lors des phases de groupe de la dernière CAN ?

 

Après les premiers tours on  marqué 6 ou 7 buts. Malgré qu’on n’a pas marqué autant de but dans ce premier tour de la Can, on a constaté que le Sénégal avait aussi une très bonne défense. Une structure défensive très solide. Au sein de l’équipe du Sénégal les gens se focalisent beaucoup sur les attaquants mais oublient l’assise défensive. On est capable d’être costaud, d’être fort sur le plan défensif. Je pense qu’une bonne équipe doit être forte défensivement mais on a aussi des arguments à faire valoir devant. On continue à travailler nos animations offensives et nous savons aussi qu’on a des gosses qui sont capables de faire la différence à n’importe quel moment et ça c’est très important pour notre équipe.

Quelles sont vos relations avec Sadio Mané ?

 

Il n’y a jamais eu de problème entre Sadio Mané et moi. Ça s’est toujours bien passé. Comme je le dis souvent, c’est un garçon formidable qui aime son pays. Il s’est toujours battu pour les couleurs de l’équipe nationale du Sénégal. Son humilité n’est plus à démontrer. Tout comme les autres joueurs. Et c’est une fierté pour moi de les entraîner depuis 7 ans. Ils m’ont toujours donné et je leur ai toujours rendu. Et j’espère que l’aventure continuera jusqu’à la coupe du monde.

 

Le titre de Champion d’Afrique ne constituera-t-il pas un piège pour vous avec toute l’euphorie qui l’accompagne ?

 

Je reviens sur l’humilité parce que c’est dans cette humilité là que tu pourras gagner ; c’est dans cette humilité là que tu ne seras pas surpris. Donc, nous sommes dans cette phase là. Nous sommes vigilants.  Nous sommes champions d’Afrique c’est vrai mais dans le football de haut niveau ce qui est difficile c’est de travailler pour être champion ; mais le plus difficile en réalité, c’est d’y rester et de continuer à gagner. D’ailleurs, j’ai souvent dit qu’il n’est pas difficile de gagner le plus difficile c’est de continuer sur la même lancée victorieuse. Ce groupe là est plein d’humilité et il a faim. Les statistiques ne nous donnent pas favori. Parce qu’elles montrent que les équipes Championnes d’Afrique ne se qualifient pas à la prochaine Coupe d’Afrique. Etant très curieux, j’ai besoin de savoir pour quoi les statistiques nous parlent de ce fait là. Les raisons qui peuvent l’expliquer c’es peut être l’euphorie et rester sur ses nuages tout en oubliant qu’il y a des échéances qui s’approchent. C’est le manque d’humilité aussi qui peut apporter cela ou bien le fait que le costume de Champions soit trop lourd pour nous ou bien qu’on manque de motivation. Nous sommes ici avec beaucoup d’humilité. Nous voulons vraiment gagner. Moi, j’ai faim, je crève  la dalle, je suis un jeune entraîneur. Ces jeunes qui viennent de gagner la CAN, ont eux aussi faim. Ils savent que gagner avec la sélection nationale a plus de sensation que quand il gagne avec leurs clubs respectifs. Maintenant, nous devons continuer à être une équipe conquérante afin d’atteindre nos objectifs».

Recueillis par A.T

Comments are closed.