Mgr André Gueye, évêque de Thiès : «La naissance de Jésus dépasse l’histoire pour être un événement de foi»

0
258

L’évêque de Thiès, Mgr André Guèye, disant samedi dernier la messe de la veillée de Noël, a prié à recevoir la paix véritable, celle qui nous vient de Dieu, dans nos cœurs, dans nos familles et foyers, dans notre pays et dans notre monde. Une paix qui réconcilie, une paix qui reconstruit la fraternité, une paix qui nous ouvre à l’amour de Dieu et à sa miséricorde.  

L’évêque du diocèse de Thiès, Monseigneur (Mgr) André Guèye, a dit la messe de la nuit de Noël 2022. A cette occasion, il a rappelé tout le sens et la place de Noël. A ce propos, il dira : «La naissance de Jésus est ainsi bien documentée dans l’histoire, mais elle dépasse et traverse l’histoire pour être un événement de foi, qui appartient pour toujours à notre foi», a-t-il d’emblée souligné, pour asseoir la particularité et la dimension de l’événement célébré.

Ce n’est donc pas un simple souvenir, «c’est une actualité qui concerne notre vie et notre monde d’aujourd’hui, car le message d’alors vaut pour aujourd’hui, le don de Dieu d’alors, le don de sa paix, de sa joie et de son amour, ce don se fait toujours actuel et impacte notre vie d’aujourd’hui, car c’est un événement qui appartient et la foi. Et la foi, ce n’est pas du passé. Noël est donc à vivre au présent. C’est bien aujourd’hui Noël», a-t-il dit.

La foi de Noël qui proclame la venue, par sa naissance, du Fils de Dieu sur terre, est une foi vivante et permanente. Sous ce rapport confie-t-il : «Il est fils, parce qu’il est né, non pas d’un homme, mais par l’action de Dieu Lui-même dont l’Esprit est descendu sur la Vierge Marie, et en elle, le Verbe a pris notre chair».

Prêchant les fidèles, venus nombreux assister à la messe de minuit, il ajoutera : «Il est Jésus, le fils de Marie et le fils de Dieu dans sa nature véritable, fils de Joseph devant les hommes. C’est ici le 1er acte en cette nuit très sainte : la confession de la foi, comme nous le faisons au Credo». Cette profession de foi se prolonge dans l’acte d’adoration de notre Sauveur, en nous prosternant devant la Crèche qui n’est qu’un moyen pour élever notre adoration vers le Fils de Dieu fait homme.

Très soucieux de la violence croissante, perceptible dans les paroles, gestes et velléités, qui menacent les institutions, notre quiétude et la paix sociale de notre pays, Mgr André Guèye déclare ceci : «Nous sommes perplexes devant les rumeurs de détournements des deniers qui secouent notre pays. Elevant notre prière en cette nuit de Noël, nous en appelons à la responsabilité de tous et à notre engagement, nous chrétiens, à dénoncer et à lutter contre tout ce qui les affaiblissent, en commençant par nos propres agissements, au nom de l’avènement du Prince de la Paix à Noël : c’est-à-dire en étant tout d’abord quotidiennement des artisans de paix, des hommes et des femmes qui agissent selon le droit et la justice».

JEAN PIERRE MALOU 

Leave a reply