Mise en circulation du TER : Un voyage, pour l’histoire !

0
127

Le Train express régional (Ter), un des projets phares de l’actuel régime, a démarré. Son exploitation commerciale a été officiellement lancée hier, lundi 27 décembre. Une nouveauté dans le système de transport national, il est salué par ses premiers voyageurs, principalement des responsables politiques ou proches du chef de l’Exécutif. A bord de rame affrétée à la presse et partagée avec des invités souteneurs, du président de la République Macky Sall, le reporter de Sud Quotidien, retrace le voyage sur Diamniadio.  

Par Fatou NDIAYE et Sidy BADJI (Photos)

Après plusieurs reports décriés par les citoyens et des politiques, le Train express régional (Ter) est en fin sur les rails. A 12 heures déjà hier, lundi 27 décembre 2021, correspondant au jour de lancement de l’exploitation commerciale du Ter, le décor aux abords de la gare de Dakar, point de départ «vers l’avenir, à vitesse express», pardon pour Diamniadio, annonçait le grand jour.

La Gendarmerie nationale veille au grain, les barrières de sécurité sont rapprochées, sous le regard des vendeurs à la sauvette qui proposent à la clientèle masques et autres accessoires. Les agents chargés de la mise en circulation s’activent, les hôtesses défilent. Le rouge et blancs, couleurs de leurs tenues, envahirent la gare de Dakar qui s’est revêtue de ses «habits» de fête, bien nettoyés par de jeunes dames, les fleurs bien arrosées ont échappé au fanage.

L’intérieur de la gare accueille petit à petit les privilégiés du jour… pour le premier voyage à bord du Ter. Les rames bien en place, alignés sur les trois voies, elles attendent leurs premiers occupants. Une musique douce égaille l’assistance. Les tableaux de bord affichent la destination finale, Diamniadio. Le format est celui des aéroports, il faut lire pour s’informer et s’orienter.

Les minutes s’égrènent, la gare se remplie petit à petit. Les cameramen et photographes fixent, tournent les objectifs à la quête des plus belles images. La sécurité est au haut niveau. La Gendarmerie nationale, avec ses chiens renifleurs, fouille coins et recoins de la gare. Le voyage au bord de ce que les proches du président de la République ont qualifié d’historique, un gâchis à coût de milliards pour l’opposition, fut sans incident, mais plutôt une découverte.

Pour un départ prévu à 13 heures, comme ainsi communiqué à la presse, les speakers prennent la parole et donnent le ton peu avant 14 heures. Quelques instants après, les guichets s’ouvrent à l’aide d’une carte dont disposent les hôtesses, le temps est au voyage. Sourire aux lèvres, mots douces et gentils pour/envers n’importe quel voyageur, ils installent et organisent également l’occupation de la rame.   

 Six (6) minutes après 14 heures, les portes sont bloquées, le train quitte la gare, destination Diamniadio. Quelques retardataires, les yeux écarquillés, sont appelés à se reprocher de l’autre wagon car, la formule du Ter serait qu’à l’heure du départ, aucune entrée ne soit autorisée.  Sur un rythme silencieux, sans aucun grincement, le Ter s’élance et traverse le Musée des Civilisations Noires, le Grand Théâtre puis les quartiers aux alentours du trajet, s’affichent quelques fois, indistinguibles.

DES LAUDATEURS DU PRÉSIDENT MACKY SALL, S’ENGAGENT DANS DES EXPLICATIONS…

Les hôtesses expliquent les consignes de sécurité, sans vraiment avoir l’attention nécessaire, les voyageurs occupés à immortaliser l’évènement. Les téléphones portables se substituent aux caméras, chacun y va de ses positions… pour des selfies, vidéos et autres images. 6 minutes après le départ, halte à la gare de Hann.  Plus tard après, un répit au timing similaire fut observé, le train repris son voyage silencieux en traversant la Cité Imbécile, les Maristes et la zone industrielle.

A l’intérieur des laudateurs du président Macky Sall, s’engagent dans des explications les unes plus profondes que les autres, allant même jusqu’à faire de Dakar, une ville à l’avancée aux allures des grandes capitales occidentales. Mariama Baldé, s’exalte. «Pour cette première dans toute l’Afrique de l’Ouest, dire que le président Macky Sall n’a pas de vision est pure allégation politique». 

Ce griot brandit la preuve par l’image : «regardez tout ce travail, un incapable ne peut pas le faire», lance-t-il tout joyeux. Le Ter s’ébranle toujours. La gare routière des Baux Maraîchers, avec ses véhicules négligemment stationnés, s’offre au regard des occupants du Ter, après des minutes de circuit.  

Du haut des ponts, des Sénégalais regardent le train partir. La gare de Yeumbeul fut un autre temps d’arrêt, avant la traversée de la forêt classée de Mbao séparée en deux par le trajet du Ter. A Bargny, le train marque un arrêt technique, les speakers évoquent une maintenance, tout en annonçant l’arrivée imminente à Diamniadio, la destination finale.

Mais, bien avant, il fallait dépasser l’étape de Rufisque qui n’est pas passée inaperçue. De loin, la cimenterie de la vieille ville, ancien territoire des quatre communes, montre ses installations et son environnement fortement impacté par ses activités.

Enfin, Diamniadio ! Sa gare se dresse majestueusement à côté des rails. C’est une imposante bâtisse aux compartiments multiples. Elle est bien décorée, avec des jets d’eau.

L’expérience du Ter, c’est également ce café à 1500 FCFA à la gare de Dakar, la petite bouteille d’eau vendue à 400 FCFA. L’on se croirait dans des boutiques duty free des aéroports.  La gare de Diamniadio aussi n’est pas moins lotie.  L’alimentation n’est pas à la portée du Sénégalais à la petite bourse. 

Le voyage inaugural du Ter, c’est également ces Sénégalais ayant très tôt quitté leurs domiciles pour accueillir le président Macky Sall, qu’ils ne verront pas d’ailleurs. Ils sont parqués à plusieurs mètres, bien loin de la salle où se déroulait la cérémonie.

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :